Quelles sont les causes d’un refus pour un rachat de crédit locataire ?


Plusieurs raisons bien sûr et la première « dossier déjà présenté et refusé » ! ce qui avec le petit nombre d’organismes prêteur en matière de rachat de crédit pour les locataires est une raison très fréquente.
Cela peut être l’incident groupe, c.a.d que par le passé vous avez eu un contentieux avec un organisme parent (faisant partie du même groupe bancaire) de celui dans lequel a été présenté votre dossier, c’est « le piège » !
Les banques tiennent compte également du restant à vivre, du score, la balance, les situations d’intérim (sauf conjoint en CDI) et bien sûr l’endettement après restructuration.

Les motifs les plus récurrents du refus de rachat de prêt locataire

Ce montage financier permet d’abord de baisser le montant de remboursement de mensualités des personnes ayant au moins deux prêts. Pour ce, une banque s’engage à réunir leurs prêts encours en un seul et unique crédit. Ce nouveau prêt aura une unique mensualité réduite, un taux d’intérêt renégocié et un allongement de la durée du remboursement. Ce qui permet au souscripteur de réduire son taux d’endettement. Cette solution financière s’adresse aux locataires, aux propriétaires et aux personnes hébergées gratuitement. Les locataires peuvent consolider leurs dettes de crédits à la consommation, dettes sociales et fiscales et même leur prêt immobilier si ce dernier n’atteint pas 60 % du montant à restructurer.
Ce montage est accessible à la plupart des personnes ayant des crédits en cours mais au fil des ans, à cause de l’insolvabilité des emprunteurs, les établissements bancaires commencent à resserrer les critères. Ainsi, on voit de plus en plus de demandes de regroupement de dettes rejetées par les banques.
Voici les détails des motifs les plus courants de ce refus :

  • le montant de ressources mensuelles du souscripteur et son contrat de travail : le salaire net du souscripteur ou ses revenus mensuels conditionnent le montant de son reste à vivre. Pour un salarié, les banques ne considèrent comme recevable en général que la demande des emprunteurs ayant un salaire de 1 500 euros au minimum. S’il s’agit de co-emprunteurs, l’un d’eux devra toucher au moins ce salaire. Pour vérifier la capacité de remboursement des travailleurs indépendants, les organismes financiers étudient leurs 3 dernières déclarations 2035 ou autres pièces justifiant leurs revenus.
    La stabilité de la situation professionnelle du souscripteur fait également partie des motifs récurrents de refus des banques. Les personnes en intérim, les titulaires d’un contrat à durée déterminée ont du mal à trouver un établissement de rachat qui peut accepter leur demande.
  • le taux d’endettement élevé : l’endettement dépassant 33 % des revenus pourrait être un motif de rejet de demande de rachat de crédit locataire. En effet, pour les établissements financiers, cela pourrait indiquer une situation financière précaire qui pourrait entraîner de problème du remboursement de mensualités.
  • le fichage FIPC : le fichier FICP répertorie tous les emprunteurs ayant eu des incidents de remboursement de prêts bancaires ou de découverts bancaires de plus de 500 euros et de fréquents rejets de prélèvements. Avant d’accepter la demande, les banques sont obligées de consulter ce fichier qui est mis à jour en temps réel par les banques, les commissions de surendettement.
  • la demande déjà présentée et refusée ou le dossier ne correspondant aux critères bancaires : il arrive aussi qu’un dossier soit déjà présenté par un courtier et de nouveau présenté par un autre. Certaines demandes sont également refusées car elles ne répondent pas aux critères d’acceptation de rachat de la banque par exemple, le nombre de crédits à regrouper est insuffisant, l’âge du souscripteur dépasse l’âge maximal accepté par l’établissement financier… D’où l’intérêt de recourir à un courtier car cet intermédiaire en opérations bancaires connaît bien les critères d’acceptation de telle ou telle banque ou organisme financier.


Comment savoir si son dossier est recevable par les établissements de rachat ou non ?

Le moyen le plus simple de savoir la recevabilité de son dossier est de passer par un outil de simulation de rachat. Ce simulateur gratuit est présent en haut de ce site. Après avoir rempli soigneusement le formulaire, le candidat au rachat peut par la suite obtenir un avis de la faisabilité ou non de l’opération. A noter que cette démarche est complètement gratuite et n’engage pas l’emprunteur.