Comment fonctionne la trésorerie dans le rachat de crédit ?

octobre 29, 2018 10:48 Publié par Laissez vos commentaires

Comment fonctionne la trésorerie dans le rachat de crédit ?




La procédure de restructuration de prêt est un recours courant pour les emprunteurs en difficulté de remboursement de crédits. Il permet de restructurer les prêts en cours en le regroupant en un seul et unique emprunt. Le nombre de ces personnes surendettées s’amplifient chaque année dû au contexte économique et aux imprévus de la vie. Dans le cadre de ce montage, les banques proposent également une opportunité d’avoir une trésorerie. Comment fonctionne cette trésorerie ? Est-ce que cette demande est obligatoire ou il est possible de ne pas inclure cet apport dans le rachat ? Explications.

La restructuration de prêts ou le rachat de crédit est souvent considérée comme une solution miracle aux problèmes financiers dus à un remboursement de crédits. Ces déséquilibres financiers peuvent provenir du chômage de l’emprunteur, d’une baisse de revenus, de l’arrivée d’un enfant, du traitement d’une maladie sur la longue durée etc. Le rachat permet d’alléger le surendettement en consolidant ses prêts existant en un seul et unique prêt tout en allongeant la durée du remboursement. Cet unique prêt aura si possible un taux moins important que les autres en cours et son montant de prélèvement sera en adéquation avec les ressources financières de l’emprunteur. Cette diminution de la mensualité permet non seulement d’apporter une bouffée d’oxygène au budget du candidat au rachat, mais aussi d’augmenter son reste à vivre. Il peut aussi y inclure ses nombreuses autres dettes comme les arriérés fiscaux, les dettes sociales etc.
Le rachat convient également aux personnes qui souhaitent solder leur prêt renouvelable et prêt conso pour un unique emprunt à taux fixe et à ceux qui veulent bénéficier d’une économie conséquente grâce aux écarts de taux entre les crédits en cours et le nouveau rachat. Si la personne peut dénicher un décalage de taux conséquent, il peut engranger une somme coquette de milliers d’euros avec cette opération. Il existe 3 formules de ce prêt : la restructuration de prêt immobilier, la restructuration de prêt conso, la restructuration de prêt hypothécaire. Cette solution de rachat est accessible aux propriétaires et aux locataires. Tout le monde peut la solliciter et en bénéficier sous réserve de répondre aux conditions bancaires.


Le principe de ce montage financier est donc simple. Le candidat au rachat aura un seul prêt à taux fixe, une unique mensualité. L’opération semble peu compliquée sur papier mais elle est difficile à monter car elle renferme des pièges. Il faut notamment comparer le taux d’intérêt effectif global, la durée du remboursement, la mensualité adaptée aux revenus de l’emprunteur, le taux d’assurance etc. Voilà pourquoi, de nombreux emprunteurs préfèrent se tourner vers un courtier spécialisé en rachat. En qualité d’intermédiaire financier, nous réalisons une analyse détaillée du dossier du client en fonction des normes appliquées dans ce marché de refinancement. Puis, nous le présentons auprès de nos partenaires. Ces derniers envoient par la suite leur refus ou leur approbation.
Dans le cadre de ce refinancement, les banques proposent aussi ce qu’on appelle par « trésorerie ». Il s’agit d’une somme d’argent supplémentaire qu’on peut intégrer dans le montant de rachat. Elle permet de faire face à des aléas de la vie, de renflouer son compte ou de réaliser un projet tout en restant dans sa possibilité de remboursement du crédit.

Cette trésorerie n’est donc pas un autre crédit. C’est un montant supplétif au rachat. L’emprunteur n’aurait pas à payer des frais de dossier ou d’assurance pour cette trésorerie. Il peut percevoir cette somme lors du déblocage du financement. Et il rembourse cette trésorerie supplémentaire dans son unique mensualité.
Le motif de financement de cet apport peut être varié. Le candidat au rachat peut l’utiliser pour faire des travaux d’optimisations énergétiques de son logement, pour acquérir une nouvelle voiture, pour se prémunir contre les événements imprévisibles de la vie etc. On parle de crédit affecté, c’est –à-dire d’un crédit lié à l’acquisition d’un bien ou des services dans le cas d’un financement pour l’achat d’une voiture ou pour les travaux d’aménagement d’un logement. Cela signifie que le candidat à l’emprunt a défini l’utilisation de cette liquidité. Il aurait à fournir des preuves pour cet achat en récupérant une promesse de vente auprès du vendeur ou un devis auprès d’une entreprise de construction par exemple. Mais s’il s’agit d’un prêt non affecté, l’emprunteur peut l’utiliser comme bon lui semble. L’inclusion de cet apport supplétif est optionnelle. Mais il ne faut pas oublier qu’il pourrait augmenter le coût total du crédit s’il est assez conséquent. En règle générale, les établissements peuvent octroyer une trésorerie allant jusqu’à 15 %, voire 20 % du montant total du rachat. Ils peuvent même accepter une demande de somme plus conséquente si l’emprunteur accepte la solution de rachat de crédit hypothécaire. L’hypothèque constitue un solide gage de solvabilité de l’emprunteur aux yeux des organismes financiers. Elle consiste à mettre en garantie son patrimoine immobilier pour obtenir le rachat. Ce montage s’adresse non seulement aux personnes surendettées et en difficulté de remboursement de crédit mais aussi aux fichées bancaires, FICP, FNCI qui sont des propriétaires accédant ou qui possèdent un immobilier.

Ce financement s’adresse à tous les emprunteurs sous réserve de répondre aux critères bancaires d’octroi de crédits. Ces derniers sont le taux d’endettement respectant la norme, le bon scoring bancaire, la situation professionnelle pérenne, le reste à vivre suffisant, l’absence des incidents bancaires dans son compte etc. La liste est non exhaustive. Les établissements imposent ces conditions afin de se prémunir contre le non-paiement de crédit. La trésorerie est accessible aux emprunteurs qui ont deux ou plusieurs dettes (crédits immo, conso, dettes fiscales, sociales…) à regrouper. Mais elle ne peut pas servir pour le financement d’une entreprise. Si l’emprunteur souhaite trouver un fonds de roulement pour sa société, il aurait à souscrire à un autre crédit. Par ailleurs, la possibilité d’acceptation de la demande dépend de chaque cas de l’emprunteur. Il lui faut apporter des preuves pertinentes pour son crédit affecté, et constituer un dossier complet appuyé par un courtier pour maximiser ses chances d’obtention de cette trésorerie. Le recours à un intermédiaire spécialiste en rachat permet également d’accélérer la demande de financement tout en obtenant un gain du temps. En effet, au lieu de se déplacer en agences ou de comparer le taux d’assurance, le taux annuel effectif global etc, l’emprunteur peut se confier au courtier qui connait toutes les ficelles de ce métier. Grâce à nos expériences de plusieurs décennies dans ce secteur par exemple, nous pouvons l’orienter vers la banque qui peut accepter son regroupement de dettes à des conditions attractives. A noter toujours que nous ne demandons aucun frais si la demande est refusée par les banques.

Les personnes qui ont du mal à faire face à leurs engagements financiers vis-à-vis des banques recourent souvent au rachat de crédit. Lors de ce montage, il leur est également possible de faire une demande de trésorerie supplémentaire. Afin d’augmenter ses chances d’obtenir cette liquidité supplémentaire avec le rachat, il est recommandé de faire appel à un courtier expérimenté. Cette intervention aide à trouver la meilleure offre de rachat qui pourrait convenir au budget de l’emprunteur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *