Conditions pour obtenir un rachat de crédit avec ou sans trésorerie

avril 2, 2019 2:14 Publié par Laissez vos commentaires

 

De nombreuses personnes en situation de surendettement ont du mal à trouver une banque qui accepte de restructurer leurs crédits. Or une telle situation financière est difficile au vivre au quotidien. D’un côté, il y a la peur de la mise en demeure ou la poursuite judiciaire des banques, d’un autre côté, les personnes concernées peuvent subir des névroses à cause de ces difficultés. Or, avec la baisse de revenus et les impondérables de la vie, ce cas pourrait se présenter. Pour tous les emprunteurs qui souhaitent obtenir un rachat de crédit avec ou sans trésorerie, découvrez les conditions requises pour prétendre à ce refinancement dans cet article.

Lorsqu’un particulier ou un ménage est en période difficile, il lui est possible de renégocier ses dettes ou de chercher une banque qui les rachète. Dans ce dernier cas, il peut soit contacter directement une société de rachat de crédit soit passer par un intermédiaire en opération bancaire de rachat. Ces deux alternatives nécessitent le montage d’un dossier et la soumission de ce dernier auprès d’une institution financière.
Après avoir complété les dossiers requis, l’analyste de la banque étudie les documents et vérifie l’historique bancaire de son potentiel nouveau client. Certains établissements financiers se servent d’un scoring bancaire automatique au lieu de recourir à l’analyse de l’expert. Les résultats sont toujours le même : soit le dossier est admissible, soit il ne l’est pas s’il ne répond pas aux conditions d’obtention de cette opération financière.

Si l’on ne souhaite pas passer par une simulation de rachat qui permet d’évaluer son éligibilité à cette technique bancaire, il convient de tenir compte des critères d’octroi de ce refinancement. Ces critères peuvent fluctuer d’un établissement racheteur à un autre
Voici la liste des éléments pris en compte par les sociétés de refinancement :

  • la stabilité professionnelle et familiale de l’emprunteur :
    Que l’emprunteur souhaite obtenir un rachat de crédit avec ou sans enveloppe supplémentaire, la banque étudie en premier lieu la pérennité de son emploi. Les profils ayant une situation professionnelle stable en CDI et les cadres sont les plus prisés par les prêteurs. Toutefois, ils peuvent octroyer aussi cette solution aux personnes ayant des revenus irréguliers comme les professions libérales si leurs affaires ont affiché des résultats positifs pendant les 3 dernières années précédant la demande. En revanche, les candidats au rachat en CDD ou intérimaires n’ont aucune chance de bénéficier d’un regroupement de leurs dettes à moins qu’ils apportent une garantie. Les EURL, SARL, SCI ne peuvent pas accéder à cette opération.
    Le critère de stabilité familiale importe aussi pour les sociétés prêteuses. Le souscripteur au rachat en instance de divorce qui n’a pas encore fini le partage de ses avoirs avec son ex-conjoint est généralement exclu de l’opération. Les banques se montrent aussi plus réticentes à accorder le rachat à une personne célibataire par rapport à un couple marié, pacsé ou en concubinage. C’est parce qu’avec ce deuxième choix, elles peuvent compter sur deux personnes dans le remboursement de crédit (co-emprunteur) au lieu d’une seule personne célibataire.
  • le taux d’endettement :
    Il s’agit du rapport entre les revenus et les charges mensuelles de l’emprunt. Ce ratio ne doit pas excéder le seuil de 33 % des banques. Il est à noter toutefois que les établissements ne recalent pas les candidats au rachat de crédit ayant un endettement au-dessus de ce seuil. Ils étudient d’autres critères comme le reste à vivre. Si le souscripteur dispose encore d’un montant largement suffisant après le remboursement de l’emprunt même s’il a un endettement élevé, il peut être admis à cette solution. N’hésitez pas à passer par notre outil de simulation pour pré-visualiser rapidement les conditions d’octroi de cette solution. La simulation n’est pas payante et elle n’engage pas les utilisateurs.
  • les antécédents de crédits :
    Les personnes qui cherchent à contracter ce contrat ont souvent accumulé plus de 3 crédits. On en retrouve même qui ont accumulé jusqu’à une vingtaine de prêts bancaires. Financement auto, études, vacances, électroménager, travaux, immobilier, prêt revolving… En général, ces personnes ne pensent plus à vérifier leurs capacités de remboursement en cas d’imprévu de la vie. Ce qui fait qu’au moindre incident de la vie comme un accident entraînant une hospitalisation, elles perdent le contrôle de leur budget. Les retards de paiement de crédits, les rejets de prélèvements peuvent alors apparaître. Or, de tels éléments sont rédhibitoires à cette solution financière.
    Le dossier des personnes fichées au ficp est également rejeté par la plupart des banques de rachat. Heureusement, il existe quelques banques qui peuvent restructurer les prêts de ces personnes si elles mettent en avant une garantie. La mise en place d’un rachat de crédit hypothécaire nécessite les compétences d’un courtier pour négocier les meilleures conditions du contrat afin de réduire le coût total du rachat. En effet, lors de cette opération, la société racheteuse peut courir des risques d’insolvabilité de l’emprunteur. Pour se prémunir contre une telle éventualité, elle a tendance à proposer un taux d’intérêt exorbitant. D’où l’intérêt de passer par un intermédiaire en rachat pour obtenir un refinancement sur-mesure.
  • la garantie :
    Un emprunteur n’est pas obligé d’apporter une garantie lors de la demande de restructuration de prêt. Même s’il demande une trésorerie assez conséquente, s’il dispose d’une situation professionnelle stable avec un reste à vivre suffisant, la banque pourrait ne pas exiger l’apport d’une sûreté réelle. Le cautionnement d’une mutuelle, d’une personne ou l’hypothèque d’un bien immobilier est uniquement incontournable dans les cas suivants :
    -un emprunteur propriétaire qui souhaite regrouper des dettes d’un montant excédant 200 000 euros.
    -un souscripteur locataire qui souhaite restructurer des prêts d’un montant supérieur à 100 000 euros.
    -un emprunteur ayant un profil à risques (fiché ficp ou surendetté) ou ayant une situation professionnelle peu stable. A titre d’exemple, un étudiant qui a souscrit à plusieurs prêts à la consommation peut accéder au rachat si son parent propriétaire se porte caution de l’opération. Son parent doit avoir le titre du bien immobilier en question et il doit être l’héritier.
    Bon à savoir : dans certains cas, il suffit aussi de chercher un co-emprunteur au lieu de passer par une hypothèque pour être admis à ce refinancement.
  • l’âge de la personne :
    Les personnes âgées entre 18 à 80 ans, 90 pour le rachat de crédit hypothécaire peuvent toutes demander cette sortie d’endettement.
  • l’objet de la restructuration :
    Les crédits à regrouper ne doivent pas être des dettes de jeux (casinos, PMU etc), dettes de logement ou immeuble à usage professionnel ou mixte ou un crédit ayant fait l’objet d’une assurance décès invalidité.

 

Un dossier peut être admis par auprès d’une banque et refusé par une autre. Le recours à une simulation permet de maximiser ses chances d’obtenir un rachat de crédit avec ou sans trésorerie. Cette démarche l’aide à constituer un dossier solide qui convainc les banques dans l’octroi du rachat.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *