Quels sont les éléments, autres que les revenus ou les charges, qui sont pris en compte pour l’appréciation d’un dossier de refinancement de crédit locataire ?


Le calcul des charges et des revenus sert à déterminer l’endettement avant et après restructuration du foyer.
Mais si l’endettement reste un élément essentiel de l’appréciation d’un dossier de prêt, d’autres critères ont leur importance :
La stabilité professionnelle de l’emprunteur (contrat à durée indéterminée ou pas, etc…)
Votre ancienneté professionnelle (dans certains cas)
Le « restant à vivre », ou quotient familial, qui est la différence entre le cumul de vos revenus et le cumul de vos charges (c’est-à-dire ce qui vous reste à la fin du mois pour vivre)
La bonne gestion de vos comptes bancaires et l’absence de dépenses trop régulière pouvant laisser penser qu’il y a accoutumance aux jeux de hasard par exemple.
L’établissement de rachat de crédit apprécie un dossier de rachat dans son ensemble. Cela signifie qu’aucun des critères cités plus haut ne justifie un accord ou un refus de prêt. Les justificatifs d’un dossier de crédit doivent correspondre à l’ensemble des critères et sont analysés dans leur ensemble, la décision de l’établissement de crédit se fait sur la globalité du dossier et pas sur quelques points pris séparément.

Lorsqu’un locataire n’arrive plus à joindre les deux bouts ou que son reste à vivre est trop faible, il peut chercher une banque rachète ses crédits à la consommation. Cette opération s’adresse aux emprunteurs ayant souscrit à au moins 2 prêts à la consommation et qui louent leur résidence principale ou qui sont hébergés par leur famille. Elle consiste à réunir plusieurs emprunts bancaires en un seul dans le but de bénéficier d’un allègement de la mensualité. L’allègement du montant de l’unique mensualité peut atteindre 60 %. Les crédits qui peuvent être regroupés sont les suivants : les prêts renouvelables, les crédits affectés, les crédits personnels, les prêts travaux ainsi que les découverts bancaires, les loyers non payés, les dettes familiales, les impôts non réglés… Dans certains cas, ce montage peut concerner le financement de résidence secondaire.
Cette opération qui peut être réalisée par une banque, un organisme de crédit ou un courtier permet de bénéficier d’un seul et unique prêt accordé à un taux fixe sur une durée plus longue. Les crédits renouvelables au taux ajustable seront ainsi transformés en taux fixe. Le montant total de dettes qu’il est possible de regrouper est limité à 100 000 euros. Ce montant sera à rembourser sur une durée de 10 ans. Ce type d’opération n’exige pas de caution ou de garantie hypothécaire.
Ce montage qui permet de simplifier la gestion de son budget ne requiert pas de changement de domiciliation bancaire. La banque peut aussi accepter d’octroyer un montant supplémentaire appelé « trésorerie » dans le cadre de cette opération si l’emprunteur est éligible à ce prêt supplétif. Cette enveloppe optionnelle est intégrée dans le coût total de l’opération et bénéficie donc du même taux renégocié du rachat de prêt locataire.

Tout comme les autres prêts classiques, l’emprunteur doit fournir un certain nombre de dossiers lors du montage de cette opération dont voici la liste :

  • copie recto-verso du CIN ou passeport du souscripteur ainsi que son livret de famille
  • copie de l’acte de mariage ou du jugement de divorce
  • pièces justifiant sa domiciliation (facture téléphone ou électricité)
  • photocopie de la quittance de loyer et de la taxe d’habitation
  • RIB et ses trois derniers bulletins de salaire ainsi que les relevés bancaires des trois derniers mois
  • copie du dernier avis d’imposition
  • copie du tableau d’amortissement de ses prêts et un document indiquant le capital restant dû

Si le candidat au rachat souhaite obtenir rapidement ce regroupement de dettes ou s’il souhaite maximiser son gain avec cette opération, il fera mieux de faire appel à un courtier qui l’aide à dénicher le taux d’intérêt le plus abordable tout en négociant les autres éléments du rachat. A noter que l’aide d’un courtier n’est payante que si l’emprunteur trouve satisfaisante l’offre de rachat de prêt qu’il a déniché pour lui et qu’il la signe. Cette signature de la proposition de rachat permet la mise en place effective de l’opération.

Certains candidats à cette opération sont victimes d’un aléa de la vie qui impacte sur leur capacité de remboursement. Cela les empêche d’honorer dans le temps leurs mensualités. Les fins de mois difficiles et les rejets de prélèvement peuvent alors aller jusqu’au fichage FICP ou à une explosion de leur taux d’endettement. Avant de frapper à la porte de la banque de France pour déposer un dossier de surendettement, ces emprunteurs peuvent passer par l’outil de simulation de notre site. Nous étudions tous profils et sous certaines conditions, ce type d’emprunteur peut prétendre au rachat de crédit locataire.