Deuxième rachat de crédit locataire est-ce possible ?

septembre 27, 2018 10:28 Publié par Laissez vos commentaires




Certains locataires ayant recouru au rachat de crédit ne parviennent pas à rééquilibrer leur budget et à prouver leur solvabilité malgré la mise en place de cette solution. Ils peuvent donc de nouveau recontacter une banque ou un courtier pour leur demander un deuxième rachat de crédit locataire. La question qui se pose : est-ce qu’il est possible de faire racheter une deuxième fois son regroupement de dettes ? Réponses de la rédaction.

On parle de consolidation de dettes locataire ou de rachat de crédit locataire lorsque le candidat au rachat n’est pas le propriétaire de la maison ou d’un appartement dans laquelle il habite ou lorsqu’il est logé par sa famille ou son employeur. Cette opération permet de consolider en un seul et unique prêt ses différents crédits en cours dans le but de diminuer le montant de la mensualité à honorer. Ce nouveau contrat assorti d’un plan d’amortissement et d’une mensualité réduite s’étalera dans une durée plus longue. Grâce au rééchelonnement de dettes, les charges du crédit de l’emprunteur seront réduites, ce qui entraîne d’un coup l’aération de son budget. Il peut fusionner en un seul des crédits à la consommation d’un montant compris entre 1500 et 100 000 euros. Ce nouveau sera à rembourser pendant une durée de 10 ans. De plus, certains souscripteurs à ce montage peuvent aussi bénéficier d’une trésorerie qui leur permet de financer un projet qu’ils ne pouvaient pas réaliser faute de moyens. Ce projet peut être l’acquisition d’une voiture, l’achat d’un équipement électroménager, le voyage etc. Ainsi, si l’emprunteur a su profiter de la baisse de la mensualité, cette technique financière lui permet de sortir de l’endettement ou de surendettement. A noter que certaines banques acceptent de réduire jusqu’à 60 % le montant de l’unique prélèvement chaque mois.

Plus de la moitié des dossiers de financement chez les établissements bancaires et les organismes financiers proposant ce type de financement sont des demandes de rachat de crédit. Que le candidat à cet emprunt soit locataire ou propriétaire, il se peut que ce montage n’ait pas réussi à améliorer leur situation économique. Les causes en sont nombreuses :

  • il se peut que la banque qui a effectué le rachat ait laissé de côté deux ou trois crédits. Or, le remboursement de ces prêts pèse sur le budget de l’emprunteur.
  • l’emprunteur n’a pas réussi à trouver des conditions favorables pour ce montage et il a signé le seul contrat qui accepte de regrouper ses prêts à un taux d’intérêt peu compétitif.
  • l’organisme de rachat pourrait lui refuser aussi une enveloppe supplémentaire alors que le foyer a compté sur cette trésorerie pour monter un projet qui pourrait améliorer leurs revenus.
  • des cas impondérables comme la maladie, l’achat d’une voiture qui remplacera l’ancienne, une chaudière ou un réfrigérateur en panne, les études de son rachat etc. pourraient aussi déstabiliser le remboursement du crédit.
  • lors du montage de dossier, si le souscripteur a fait appel à un courtier, il se pourrait que cet intermédiaire n’ait pas été transparent sur les frais du dossier. Ou, il n’a pas indiqué clairement ses honoraires. Or, ces différents frais ont fait diminuer le montant de la trésorerie attendu.
  • on retrouve également le cas des emprunteurs classés dans la catégorie d’ « acheteurs compulsifs ». Ces personnes ayant une soif permanente de l’achat ont du mal à respecter un quelconque plan de remboursement.
  • enfin, certains ménages qui ont déjà consolidé leurs dettes pourraient aussi avoir besoin d’un deuxième rachat parce qu’ils ont passé par une perte de travail ou baisse de leur rentrée d’argent.


La réponse est oui, mais un deuxième rachat de crédit locataire n’est accessible que sous certaines conditions. Voici la liste de ces critères :

  • En pratique, il doit se passer 3 mois au minimum ou un an selon les conditions de l’organisme financier entre la restructuration de prêts en cours et la demande du nouveau rachat. Mais on peut retrouver des banques qui ne tiennent plus compte de cette règle.
  • le nombre de prêts à restructurer ou à racheter dans ce deuxième rachat de crédit locataire ne doit pas être nombreux. Les banques pourraient se montrer réticentes à reprendre plus de 4 crédits à la consommation pour la deuxième fois.
  • le taux d’endettement constitue aussi un facteur bloquant dans l’octroi d’un deuxième regroupement de dettes pour les locataires.
  • enfin les incidents bancaires comme le rejet de prélèvement, le paiement irrégulier des échéances… entraînent automatiquement le refus de la demande.



A noter cependant que les locataires ont plus de difficulté à obtenir l’accord de cette nouvelle reprise de crédits comparés aux propriétaires. Cela est dû au fait que ces derniers peuvent mettre en hypothèque leur bien immobilier. Ce qui constitue un gage solide de leur solvabilité pour les établissements financeurs.


  • Il est conseillé au débiteur de recourir à un courtier pour traiter ce problème lié au remboursement des mensualités d’un premier regroupement de dettes. Cet intermédiaire peut procurer des conditions plus optimisées comparées au premier rachat. Cela parce qu’il possède un réseau de partenaires bancaires qui lui permet de faire jouer la concurrence. Le but est de dénicher un taux d’intérêt meilleur avec des mensualités encore plus réduites sans trop augmenter le coût final du nouveau crédit.
  • L’emprunteur aurait à contacter un ou quelques courtiers (la mise en concurrence des propositions est toujours avantageuse). Il leur contacte par téléphone ou par internet et leur expose en détails sa difficulté financière et les modalités de remboursement qu’il souhaite avoir.
  • le courtier étudie la faisabilité de sa demande après avoir étudié son dossier et lui indique la recevabilité ou le refus de son dossier. Si le dossier est recevable, le courtier lui propose une offre contenant la nouvelle mensualité et tous les frais de cette restructuration.
  • si le débiteur accepte l’offre, il aurait la retourner signée à l’établissement bancaire dans un à deux mois. Il dispose encore de 14 jours pour renoncer à ce refinancement après la signature du contrat. Passé ce délai, le nouveau fonds de trésorerie sera débloqué (si l’emprunteur a fait cette demande). Il aurait à honorer les frais du courtier et à effectuer le remboursement du nouveau rachat de crédit locataire selon la modalité du contrat. En revanche, si le locataire en situation d’endettement n’a pas retourné dans le délai de 2 mois l’offre de la banque proposée par le courtier, la proposition est annulée.
  • A noter que tout comme la première restructuration de dettes, le candidat au rachat n’est pas obligé de changer de banque pour cette deuxième opération. Le nouvel établissement qui rachète ses prêts effectue les prélèvements à son compte bancaire.


Il faut prendre beaucoup de précaution lorsqu’on fait un deuxième rachat de crédit locataire. Le locataire en difficulté de remboursement de crédits à la consommation devrait non seulement comparer les taux d’intérêt mais aussi le coût final du crédit. S’il n’a pas demandé une trésorerie supplémentaire dans la première opération, cette demande pourrait lui être aussi bénéfique. Cet apport pourrait constituer un filet de sécurité pour les accidents de vie qui pourraient déstabiliser le remboursement du nouveau crédit.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *