Important rachat de crédit pour profession agricole

janvier 7, 2019 2:17 Publié par Laissez vos commentaires




Bon nombre de professionnels de l’agriculture souscrivent à des prêts pour financer l’achat de matériel et machines dont ils ont besoin dans leur exploitation. Certains contractent aussi des crédits pour acquérir le terrain, pour construire un bâtiment d’exploitation ou pour régler les arriérés d’impôts et dettes fiscales… Les difficultés financières sont devenues monnaie courante chez cette catégorie de travailleurs. D’autant plus que les aides de l’Etat ne sont pas suffisantes pour combler le déficit et rééquilibrer leur finance. Face à cette situation problématique, il existe une alternative permettant aux exploitants agricoles d’éviter le surendettement. Cette solution s’appelle rachat de crédit.

Bien que cette technique financière se démocratise depuis cette décennie, il est probable qu’il y a encore des agriculteurs et éleveurs qui ne comprennent pas son fonctionnement. Nous allons donc expliquer le principe de cette opération bancaire. Prenons l’exemple d’un ménage éleveur d’ovin et de caprin. Pour pouvoir développer leur exploitation et avoir un chiffre d’affaires plus florissant, ils ont décidé de souscrire à un crédit. Ce financement leur permet d’avoir une terre et de construire un bâtiment d’élevage. Comme ils ont aussi besoin d’une voiture pour se déplacer, ils ont contracté également un prêt auto ainsi qu’un crédit étude pour le financement de l’étude de leurs enfants. Or, au bout de deux années, ils ne sont plus en mesure de rembourser leurs dettes malgré les aides publiques et celles de l’Union européenne. Cette galère budgétaire intervient suite à une maladie de la mère de la famille. Avec les dépenses lourdes de santé, la tête de la famille doit puiser dans le fonds dédié à l’exploitation agricole. Les dettes s’accumulent et ils risquent le fichage bancaire et autres procédures judiciaires plus sévères. Dans un premier temps, ils ont essayé de négocier le remboursement du crédit avec les banques, mais ces dernières ne sont pas enclines à accorder un report de remboursement. Dans ce cas, pour éviter le recours à la commission de surendettement, ils peuvent contacter un courtier pour mettre en place un regroupement de dettes ou rachat de crédit. Grâce à ce montage financier, ils peuvent ne payer qu’une seule mensualité adaptée à leur capacité de remboursement. C’est-à-dire, que les mensualités de ce nouveau financement seront moins élevées comparés au total de ses anciens crédits. De plus, le remboursement de leur nouveau prêt regroupé se fera dans une durée plus longue. Ce qui leur permet d’éviter l’inscription au fichier FICP tout en redressant leur situation financière. A noter que dans cette opération, un établissement de rachat regroupe les prêts en cours et dettes (sociales et fiscales) d’un emprunteur. Il peut y ajouter les factures non payées et ses dettes non professionnelles. La banque solde ses crédits auprès de ses anciens créanciers puis il établit un nouveau contrat avec un taux fixe, une seule mensualité réduite et une durée d’amortissement de prêt plus longue. Dans le cadre de cette opération, l’emprunteur peut aussi solliciter une trésorerie optionnelle qui lui permet de financer ses besoins dans son exploitation agricole ou ses besoins personnels. Par exemple, il peut demander cette liquidité pour améliorer son conditionnement de lait…

Rappelons d’abord que les banques peuvent regrouper des crédits d’un montant important d’une profession agricole qu’il s’agit des prêts à la consommation seuls ou avec un prêt immobilier. Elles peuvent également accepter une demande de regroupement de dettes d’un agriculteur affichant un taux d’endettement élevé si ce dernier répond à quelques critères bancaires. Entre autres, la possibilité de fournir une garantie comme un bien immobilier afin d’assurer l’établissement prêteur sur sa solvabilité. Une consolidation de dettes d’un professionnel agricole est aussi possible même sans garantie d’hypothèque. Nous vous conseillons de passer par l’outil simulation sur notre site afin de mieux évaluer votre situation financière. Le recours à cet outil est gratuit et sans engagement. Vous pouvez simuler votre projet de rachat que vous soyez agriculteur, éleveur, cultivateur de vigne etc. Par la suite, vous pouvez avoir un devis de rachat le plus avantageux en fonction de votre situation d’endettement.
Pour établir votre dossier de demande de rachat, vous aurez par la suite à nous envoyer le tableau d’amortissement de vos prêts, les échéanciers ainsi que d’autres pièces justificatives dont nous vous indiquerons. Nous ferons ensuite de notre mieux pour constituer un dossier solide de votre refinancement. Pour ce, nous mettons en avant les éléments positifs de votre dossier et le défendons auprès de nos partenaires bancaires. Après l’obtention de l’offre de rachat, vous aurez une période de réflexion de 1 ou 2 mois pour étudier l’intérêt de cette solution financière. Au bout de cette durée, si vous acceptez l’offre bancaire, vous signez le contrat. Puis, vous disposez encore de 14 jours pour renoncer à cette offre au cas où vous n’êtes pas convaincu de la pertinence de la solution. Après ce délai, le contrat est effectif et vous procéderez au paiement de nos honoraires de courtage. Vous n’aurez à débourser aucune somme pour notre service si vous déclinez l’offre ou si vous avez trouvé une autre alternative. A signaler que la trésorerie demandée dans ce montage sera débloqué au moment où la banque effectue le remboursement anticipé de vos anciens prêts. Après cela, il ne vous reste qu’à honorer le paiement de l’unique prélèvement à taux fixe chaque mois.
Bon à savoir : il existe une dizaine de banques qui commercialise cette solution de sortie d’endettement. Elles sont pour la plupart en partenariat avec les courtiers. Le recours à un intermédiaire en rachat est recommandé dans une situation de lourd endettement car nous sommes prêts à faire des efforts pour dénicher la meilleure offre du moment. Chaque établissement de rachat a sa propre politique. Certains préfèrent regrouper les prêts d’un fonctionnaire ou d’une profession libérale ; d’autres sont plus prédisposés à sauver les agriculteurs dans une situation d’endettement. Aussi, les écarts entre les taux d’intérêt pratiqués par les banques peuvent atteindre des milliers d’euros. Il est alors dans l’intérêt de l’agriculteur de faire appel à un courtier avisé qui peut monter un dossier de rachat de crédit rentable.

Entre ces deux solutions, le regroupement de dettes l’emporte avec beaucoup d’avantages sur le dépôt d’un dossier de surendettement. En effet, avec cette solution financière, l’agriculteur peut continuer son exploitation et redresser sa situation budgétaire. Il peut éviter le surendettement et solutionner sa précarité sociale s’il bénéficie de la trésorerie. De plus, l’allègement de la mensualité lui permet d’augmenter son pouvoir d’achat et son reste à vivre afin de mieux faire face aux éventuels aléas de la vie comme la maladie, la mauvaise récolte…
En revanche le recours à la commission de surendettement permet la mise en place de ces deux solutions. La première c’est le plan conventionnel de redressement (gel de dettes sans payer des intérêts, étalement du paiement des crédits), et le rétablissement personnel. Cette solution peut entraîner la liquidation judiciaire si l’agriculteur possède une maison, un terrain et une exploitation agricole. Dans ce cas, certains de ces biens seront vendus aux enchères afin de rembourser la dette des créanciers. Le tribunal peut aussi décider une mesure sans la liquidation judiciaire en fonction du cas de l’agriculture surendetté.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *