Qu’est-ce que la cession sur salaire ? La cession sur salaire est un acte VOLONTAIRE.

Sommaire

Afin de garantir un crédit, l’emprunteur peut demander à son employeur de prélever la mensualité sur son salaire et de la verser directement au prêteur. Il s’agit là d’une cession sur salaire , c’est un acte volontaire.
L’employeur ne connaît à aucun moment l’objet du crédit réalisé.
La cession sur salaire permet notamment à un emprunteur de rembourser son crédit, en étant certain d’honorer ses échéances chaque mois et ce quelle que soit la situation de son compte bancaire.
Cette démarche est rapide et gratuite. L’obtention de la cession sur salaire se fait directement au guichet du greffe du Tribunal d’Instance. Il suffit de se munir de son offre de prêt, de ses derniers bulletins de salaire, d’un justificatif de domicile et d’identité.
Un exemplaire du document de la cession sur salaire sera remis à l’emprunteur, un autre sera envoyé à l’organisme prêteur et la cession sera également notifiée à l’employeur.
C’est l’employeur qui se chargera d’effectuer la retenue mensuelle du salaire et de verser la somme directement à la banque ou l’organisme de crédit. L’emprunteur n’aura plus aucune démarche à effectuer et rien ne l’empêche d’effectuer un rachat de crédit.
 
Sauf retournement de situation et nous n’en manquons pas actuellement en ce qui concerne les critères des opérations de rachat de crédits ! La plupart des organismes de prêt pour les locataires et les hébergés n’exigent plus la cession sur salaire pour un rachat de crédit.
cession sur salaire tribunal / 

Cet acte volontaire autorisant les banques au prélèvement sur son salaire de la dette bancaire peut concerner une partie du salaire ou sa totalité. Les banques peuvent exiger cette cession sur salaire dans le cadre d’un rachat de prêt à la consommation avec un dossier compliqué. A titre exemple, un dossier d’un client ayant eu des rejets de prélèvements répétitifs, ou un emprunteur récidiviste à son deuxième rachat de crédit. Cela rassure par rapport à la capacité de remboursement mensuel de dettes de l’emprunteur quelle que soit sa situation financière ou la situation de son compte bancaire. Dans ce cas, l’employeur ne sait pas que le souscripteur a fait un rachat de crédit.
En fait, normalement, les banques n’exigent pas cette garantie pour un profil emprunteur sans risque. Mais s’il s’agit d’un rachat de prêt effectué dans le cadre d’un prêt employeur, le salarié peut choisir cette méthode pour s’assurer que sa mensualité soit réglée à date fixe et sans oubli. Le salarié perçoit le reste de son salaire prélevé de ce remboursement de la dette.
Bon à savoir : pour les locataires fichés FICP ou lourdement surendettés à hauteur de plus de 50 % de leurs revenus, la cession sur salaire ne suffisent pas pour se voir accepter leur demande de rachat de crédit. Il leur faut apporter en garantie un patrimoine immobilier appartenant à sa famille ou à ses parents. Cette technique est baptisé rachat de prêt hypothécaire. Elle requiert l’accord des autres héritiers et le recours à un notaire.

Les locataires, personnes hébergées à titre gratuit et les propriétaires peuvent tous accéder au refinancement sous réserve de répondre aux critères d’octroi bancaire. Pour bénéficier de cette restructuration de prêt locataire, il faut avoir plus de 18 ans, bénéficier d’une situation stable ou d’un contrat à durée déterminée. Les retraités et les travailleurs non-salariés qui disposent des revenus réguliers depuis trois ans peuvent aussi prétendre à cette solution financière. Pour souscrire à cette opération, il suffit de réaliser une simulation gratuite et sans engagement sur notre site. Cette démarche est réalisable en quelques minutes. On doit saisir les informations demandées et indiquer si on est locataire, propriétaire ou hébergé gratuitement. Puis, il faut renseigner les autres données financières nous permettant de mieux évaluer la solution la plus adéquate à l’endettement de l’emprunteur.
Par ailleurs, lors de la demande d’un rachat de crédit locataire, le souscripteur doit préparer les dossiers comme la copie de sa pièce d’identité, la copie du livret de famille, le contrat de mariage ou le jugement du divorce. Il lui faut aussi munir d’une pièce justificative de sa domiciliation, de la dernière quittance du loyer, d’une copie de sa taxe d’habitation, de son RIB et de ses 3 derniers bulletins de salaire pour les salariés. A cela s’ajoutent la copie de son dernier avis d’imposition, la copie d’attestation de l’APL pour les allocataires, un justificatif d’autres ressources financières (comme le loyer par exemple), une copie de ses 3 derniers mois de ses relevés bancaires et un tableau d’amortissement de ses prêts à la consommation.
Bon à savoir : même si le souscripteur à cette opération n’est pas un profil à risque et que les banques ne lui demandent pas une cession sur salaire, il lui faut bien évaluer l’intérêt d’une proposition de rachat avant la signature du contrat. Par exemple, la nature du contrat (le taux doit être fixe afin d’avoir une mensualité non variable pendant toute la durée de vie du crédit). Ce taux doit être le plus compétitif du marché afin de réduire le coût du refinancement. Voilà pourquoi, nous proposons aux emprunteurs de réaliser une simulation gratuite de rachat sur notre site afin de mieux estimer la faisabilité de l’opération.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *