Rachat de crédit immobilier avec trésorerie est-ce possible ?

octobre 6, 2018 11:24 Publié par Laissez vos commentaires





Vous avez sûrement déjà entendu le terme « rachat de crédit » si vous n’êtes pas totalement novice au financement bancaire. Cette solution s’adresse non seulement aux emprunteurs en difficulté de remboursement de crédit mais aussi à ceux qui souhaitent bénéficier d’une trésorerie tout en obtenant une économie plus ou moins conséquente avec les écarts des taux. Si vous avez souscrit à un crédit immobilier et vous êtes en quête d’un apport supplémentaire pour réaliser des travaux de rénovation de votre bien, ce montage financier s’adresse à vous.

Pour enlever toute confusion, commençons par parler de la signification de ces deux termes car il se peut qu’il y ait des lecteurs qui ne comprennent pas de quoi il est question. En règle générale, un foyer ou un ménage contracte des crédits pour acquérir un bien immobilier, une voiture neuve ou usagée, pour réaliser divers projets etc. Certains de ces crédits sont proposés à un taux fixe, d’autres à un taux révisable. Or en cours du remboursement, s’il a fait un projet immobilier, il peut s’apercevoir qu’il souhaite construire un garage, une véranda ou optimiser le chauffage de sa maison. Mais ses revenus ne lui permettent pas de contracter un autre crédit conso. Dans ce cas, le rachat de crédit ou le regroupement de dettes est la solution idéale pour son projet.
Cette opération financière consiste à regrouper ses prêts à la consommation et son prêt immobilier en un seul et unique crédit. On peut aussi ajouter dans ce montage les dettes sociales, fiscales, les découverts bancaires etc.. En fusionnant ces crédits en un seul, le souscripteur à ce contrat n’a qu’un seul interlocuteur qui lui propose un rachat de prêt à taux fixe et une mensualité réduite. Cette réduction de la mensualité fait partie des plus grands avantages de cette opération car cela permet de dégager une certaine liquidité pour effectuer des travaux. Dans le cadre de ce montage, il est ainsi possible de bénéficier jusqu’à 60 % de réduction du montant de mensualité.
Malgré cette facilite de remboursement, il se peut que le ménage ne dispose pas encore du fonds requis pour le financement des travaux. Pour permettre à tous ces emprunteurs de réaliser leur projet, les établissements prêteurs proposent cette option facultative de « trésorerie complémentaire ». Cet apport supplétif permet au candidat au rachat de bénéficier d’un montant qui sera débloqué en même temps que se fait le remboursement de ses anciens créanciers. A noter que l’intégration de cette demande de cette trésorerie n’est pas obligatoire pour bénéficier d’un regroupement de dettes.

Il convient de souligner d’abord que cette trésorerie s’adresse à tous profils. Que l’emprunteur ayant souscrit un prêt immobilier soit salarié, profession libérale, dirigeant d’entreprises, retraité, étudiant, fonctionnaire etc . il lui est possible de percevoir cette liquidité sous réserve de répondre aux conditions imposées par les banques.
En effet, en incluant cette somme supplémentaire dans la démarche de regroupement de dettes, le montant total du crédit à rembourser pourrait augmenter. Voilà pourquoi, les banques n’octroient ce crédit que si elles estiment que ce financement supplémentaire ne va pas mettre le demandeur dans une situation de surendettement. Pour ce, elles étudient l’ensemble des crédits à reprendre (prêt immobilier, prêt revolving, prêt conso…) et le montant demandé. Elles prennent compte notamment des critères d’octroi de crédit habituels comme le taux d’endettement, le comportement bancaire, le reste à vivre, les revenus du demandeur, sa stabilité professionnelle etc.
Ainsi, un candidat au rachat qui a un bien immobilier et qui ont des revenus confortables et un emploi stable ont plus de chances d’obtenir cet apport qu’un autre en CDI ou ayant un taux d’endettement frôlant la limite de 33 %. Le propriétaire accédant ou le propriétaire qui peut mettre en hypothèque son bien immobilier a aussi plus de chances d’avoir une trésorerie conséquente.
A noter que lors de la demande de cet apport, l’établissement prêteur peut aussi demander des preuves liées aux travaux à faire à la maison. A titre d’exemple, si le candidat au rachat souhaite faire des travaux d’isolation dans son logement afin de diminuer la facture énergétique, la banque pourrait lui demander le devis de l’entreprise qui effectuera cette rénovation. Si le crédit est rattaché à un projet précis, cette preuve peut être demandée. Mais s’il sert en tant que fonds de roulement ou filet de sécurité contre les imprévus dans le cadre d’un regroupement de dettes conso, la banque ne demande pas de justification.
Concernant le montant de ce financement, elle ne devrait pas dépasser 15 % du montant total du crédit regroupés. Cela afin d’éviter l’insolvabilité de l’emprunteur.
Remarque : le rachat de crédit a pour but de réduire le taux d’endettement d’un candidat à l’emprunt et d’augmenter son pouvoir d’achat. Et ce grâce à la baisse de la mensualité et l’allongement de la durée du remboursement. Les banques calculent le montant de trésorerie qu’elles peuvent octroyer dans cette demande afin de ne pas alourdir l’endettement de l’emprunteur.


  • les établissements prêteurs peuvent octroyer une trésorerie d’appoint plus important si le demandeur de rachat accepte une garantie d’hypothèque de son bien immobilier. Cette solution permet aussi au contractant de négocier son taux d’intérêt et la durée du remboursement. Cependant, il ne doit pas oublier que plus le prêt s’étale dans une longue durée, plus le montant des intérêts augmente. Certes, l’allongement de la durée du remboursement améliore son pouvoir d’achat. Mais en cas d’accidents de vie comme la perte d’emploi, le divorce, la maladie grave etc. le remboursement va peser lourd sur son budget. Un deuxième rachat de crédit pourrait être alors envisagé. Pour éviter d’entrer dans cette spirale d’endettement, il convient ainsi de bien calculer la durée du remboursement du crédit, et le montant de trésorerie qui ne risque pas d’impacter à sa capacité de remboursement en cas d’imprévus.


    Par ailleurs, en cas de non-remboursement du prêt, ou d’incidences de paiement successives, la banque est en état d’engager une procédure de saisie contre le bien grevé d’hypothèque. D’où l’avantage de se confier à un courtier qui proposera plusieurs scénarios permettant à un emprunteur de rembourser le rachat sans problèmes.
  • Certaines sociétés prêteuses proposent également un taux d’intérêt révisable pour ce type de financement. Cette proposition est systématiquement à rejeter car même si ce taux est bas au début du remboursement, au fil des ans, il peut monter et augmenter le montant des intérêts.
  • Lors de la demande de rachat de crédit avec trésorerie, un emprunteur doit aussi effectuer des simulations. On le répète souvent car certains emprunteurs peu avisés se précipitent encore chez leur banque pour demander un regroupement de dettes dès qu’un souci financier se présente à l’horizon. Alors qu’en faisant de simulations de taux et de rachat, ils peuvent trouver une proposition plus intéressante en ligne. En sondant les différentes offres proposées par les établissements prêteurs, un souscripteur peut aussi obtenir un TAEG et un taux avantageux de l’assurance emprunteur. Enfin, Il devra également tenir compte des autres critères comme le montant de l’indemnité de remboursement anticipé, la durée du remboursement. En somme, il est conseillé de faire appel à un courtier pour l’étude de son dossier si on ne dispose pas de connaissance dans ce refinancement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *