Rachat de crédit pour les professions libérales surendettées

décembre 17, 2018 10:08 Publié par Laissez vos commentaires




Les professions libérales regroupent entre autres les travailleurs indépendants dans le domaine de santé et des chiffres (audioprothésiste, podologue, comptables etc. ), ceux exerçant de professions artistiques (restaurateur de sites anciens, architecte…) ou ceux exerçant le droit (avocat, huissier de justice…). Ce statut requiert souvent le financement des équipements lors de démarrage de l’activité et une bonne gestion dans la phase du remboursement des crédits. Or, des difficultés de paiement des mensualités pourraient survenir au fil des ans. Pourtant, le moindre aléa pourrait avoir des impacts sur les emprunts surtout dans le cas d’un crédit immobilier ou d’un investissement patrimonial. Pour ces professions libérales en situation de surendettement, il existe une solution leur permettant de sortir de cette impasse financière : le rachat de crédit. Explications du fonctionnement de ce montage financier.

Ce terme se réfère aux activités exercées par les personnes qui ne sont pas soumises à une autorité hiérarchique comme les salariés dans les entreprises. Ces personnes travaillent d’une manière indépendante et souvent à titre individuel et dépendent du régime général à travers la SSI. On peut citer entre autres l’agent d’assurances, le géomètre, le vétérinaire, le diététicien, l’infirmier, le pharmacien, le consultant, le formateur, le commerçant etc. La liste des travailleurs inclus dans cette catégorie est longue. La plupart des professions libérales proposent une prestation intellectuelle et reçoivent en contrepartie une rémunération.

Pour s’installer en libéral, ce type de travailleur doit d’abord déclarer à l’Ursaff son activité. Après cette étape, il aurait le plus souvent à solliciter une banque pour financer le fonds de roulement de son entreprise. Si son projet est viable et si la banque le considère comme solvable, elle peut décider d’octroyer le prêt après l’étude de son dossier. La difficulté pour les banques à octroyer un crédit à une entreprise en démarrage réside dans le fait que la structure présente souvent un chiffre d’affaires irrégulier pendant les 3 premières années. Voilà pourquoi les établissements bancaires demandent des cautions personnelles. Les professions libérales qui ont passé à travers ce filet peuvent donc obtenir un financement. Or, au fil du remboursement, il se peut que l’activité ne génère pas suffisamment de recettes pour couvrir les charges. Il se peut également que l’auto-entrepreneur est victime d’un imprévu de la vie comme la maladie, le divorce… qui finira par impacter sur sa capacité de remboursement de la dette. Certaines professions libérales ressentent également l’effet de la crise économique ou la fluctuation de salaire qui les empêche d’honorer à temps les mensualités. Lorsque leurs revenus affichent une baisse, alors qu’ils doivent rembourser les dettes bancaires, les professions libérales peuvent recourir au rachat de crédit. Ce montage financier les aide à réorganiser leur finance.

D’abord, le rachat de crédit ou restructuration de prêt ne s’adresse pas uniquement aux professions libérales en situation de surendettement. Ceux qui souhaitent bénéficier d’un taux d’intérêt plus avantageux tout en bénéficiant d’une enveloppe de trésorerie peuvent également se tourner à cette solution. Cette enveloppe peut servir à l’apport dans l’achat de parts sociales d’une société, à l’achat des biens d’équipement ou des murs commerciaux ou à l’achat d’un cabinet de profession médicale etc. La trésorerie peut aussi remonter le fonds de roulement du travailleur indépendant.
Le contrat de rachat peut inclure les prêts à la consommation, le prêt perso, crédit revolving, arriérés des impôts, les impayées de cotisations de caisses de retraite, les découverts bancaires etc. Les dettes familiales comme les factures edf impayées peuvent être aussi intégrées dans l’opération. Pour les locataires, la banque pourrait proposer une restructuration de prêts à la consommation jusqu’à 12 ans contre 30 ans pour le prêt immobilier avec garantie hypothécaire. Cette dernière solution s’adresse aux professions libérales qui ont souscrit un prêt immobilier ou un crédit-bail pour acquérir leurs locaux à usage professionnel ou pour acquérir leur résidence. Seulement pour bénéficier de cette solution, il ne faut pas attendre de rentrer dans une situation difficile de surendettement.
Le fonctionnement de la consolidation de dettes ou le rachat de crédit est simple. La banque de rachat propose de consolider les dettes encours de la personne en état difficile d’endettement. Elle les regroupe en un seul et unique prêt affecté d’un taux d’intérêt fixe. Cet unique prêt aura une durée de remboursement plus longue et une mensualité en adéquation avec la possibilité du remboursement de l’emprunteur. Le montant à payer chaque mois au prêteur peut diminuer jusqu’à 60 % comparé à la totalité des mensualités que l’emprunteur a payées auparavant. Ainsi, à titre d’exemple, s’il a honoré 1300 euros par mois pour son prêt immobilier et crédit travaux, avec la consolidation de dettes, il pourrait ne s’acquitter que 650 euros.
Les avantages de cette solution sont nombreux. L’étalement de la dette permet de rembourser une mensualité allégée en fonction de sa capacité de remboursement. Ce qui lui permet d’équilibrer son finance tout en réduisant son taux d’endettement. Si avant le montage, son taux avoisine 40 %, après cette opération, le ratio de son endettement peut tomber à 30 %. Grâce à ce montage, il peut aussi améliorer son reste à vivre. De plus, l’intégration d’une somme supplémentaire dans le cadre de cette opération peut permettre au travailler indépendant ou à la profession libérale de venir à bout de ses besoins financiers ou personnels. En effet, avec cette somme, il peut booster le fonds de roulement de son activité ou renflouer son compte bancaire. Il peut également acheter une nouvelle voiture, construire un garage dans sa maison etc. Enfin, l’autre avantage et non pas le moindre, le souscripteur au rachat n’aurait pas à changer de banque ou à ouvrir un compte pour bénéficier de cette opération.
Bon à savoir : l’outil de simulation disponible sur notre site permet à cette catégorie de travailleurs d’avoir une première idée sur le montant éventuel de la mensualité à payer, le coût total du rachat etc. Le recours à cet outil gratuit permet également d’avoir une proposition de rachat de crédit après avoir complété les pièces justificatives nécessaires à l’étude de son dossier.

Les professions libérales qui souhaitent souscrire à ce montage devront d’abord fournir leurs 3 derniers avis d’imposition et les 3 dernières déclarations 2035 en plus d’autres pièces comme le justificatif d’état-civil etc. Les bénéfices annuels dans la déclaration doivent au moins atteindre 18 000 euros. Ils doivent aussi avoir un compte propre sans incidents bancaires et des résultats positifs. Le fait d’avoir une activité ancienne constitue également un plus et un gage de la stabilité de l’activité pour l’établissement prêteur.
Ces critères étant stricts comparés à l’octroi d’un rachat de crédit pour un travailleur salarié, l’accompagnement d’un courtier spécialisé est vivement conseillé car il met sous son meilleur profil la situation financière de l’emprunteur. Il pourrait aussi trouver une opportunité de refinancement même en cas de gros endettement ou de fichage bancaire d’une profession libérale. N’hésitez pas à nous contacter via notre formulaire de contact. Vous pouvez également commencer par la simulation de votre projet sur notre plateforme.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *