Rachat de crédit trésorerie et financement d’un projet

septembre 27, 2018 10:12 Publié par Laissez vos commentaires




Une situation d’endettement motive certains emprunteurs à recourir au rachat de crédit. D’autres plus avisés font appel également à cette solution pour obtenir une économie conséquente grâce à l’écart entre les taux d’intérêt initiaux de leurs prêts et le nouveau taux. Mais le regroupement de dettes permet également d’obtenir une trésorerie pour financer un projet. Explications.

Ce montage financier permet de restructurer ses prêts en cours dans le but d’obtenir une diminution du montant de mensualité par rapport à ses anciens crédits. Tous ou une partie de ses prêts seront regroupés en un seul par l’établissement de rachat. L’emprunteur n’aurait alors qu’à rembourser par mois un seul crédit. En contrepartie de cette baisse de mensualité, ce nouveau contrat s’étalera dans une durée plus longue. Le principal avantage de ce montage financier est donc sa capacité à baisser la charge du remboursement par mois et à améliorer le pouvoir d’achat de l’emprunteur. Au lieu d’assumer plusieurs remboursements, l’emprunteur n’aurait à honorer qu’un unique prélèvement avec un montant réduit. De plus, celui-ci peut bénéficier d’un taux d’intérêt moins élevé s’il a pris la peine de faire la mise en concurrence des taux avant cette opération. Grâce à cette solution de sortie d’endettement, sa capacité financière et son taux d’endettement seront améliorés.
Mais le regroupement de dettes permet aussi à certaines personnes de financer un projet en faisant une demande de trésorerie. En effet, cette solution offre la possibilité d’obtenir une trésorerie pour les personnes qui en sont éligibles. Cette réserve de liquidité est limité à 20 % au maximum du montant du prêt regroupé. A titre d’exemple, un candidat à l’emprunt qui souhaite consolider ses dettes à la consommation d’un montant de 75 000 euros peut demander une trésorerie de 15 000 euros au maximum. Ce montant est ajouté au coût total du crédit restructuré. A noter que l’ajout de cette somme supplémentaire aura pour effet de majorer le montant total du rachat car elle n’est pas offerte à titre gratuit.
Dans le cadre de cette opération, l’emprunteur peut faire une demande d’apport supplémentaire affectée à la réalisation d’un projet ou non affecté. Le prêt affecté est celui qui sert au financement d’un achat précis (par exemple, achat d’un matériel informatique, d’un matériel agricole, d’une voiture, réalisation de travaux etc.). Mais le crédit non affecté est libre d’utilisation. Le souscripteur au rachat peut l’utiliser pour faire face aux imprévus, pour faire un voyage etc. L’établissement financeur ne sait donc pas à quoi l’argent va être utilisé.
Remarque : l’atout de cette demande de trésorerie supplétive est qu’il permet à l’emprunteur de ne pas recourir à un nouveau crédit à la consommation pour le financement d’un projet. Puisque la somme d’argent sera intégrée dans ce montant, il n’aura plus à payer des frais de dossier. Ce qui facilite la démarche et réduit le coût du financement. En outre, le taux d’un prêt renouvelable que la banque pourrait octroyer est prohibitif comparé au taux d’intérêt du rachat de crédit.

Tout d’abord, cet apport supplétif est facultatif. C’est-à-dire que l’emprunteur peut effectuer cette demande ou non. Cet apport complémentaire est accessible à tout profil, qu’il soit salarié, travailleur indépendant, profession libérale etc. Si l’emprunteur a un projet d’extension ou la rénovation de sa maison ou de construction d’un petit local commercial par exemple, il peut choisir la formule « affectée ». Dans ce cas, l’établissement prêteur peut demander des justificatifs comme le devis, la facture etc. Si ce dernier estime que l’emprunteur a la capacité d’assumer ce nouveau financement, il peut accorder la demande. Le fonds sera alors débloqué en même temps que le remboursement des dettes en cours. L’emprunteur commence à payer les intérêts lorsque le fonds demandé sera crédité sur son compte bancaire.
Bon à savoir : cet apport n’est pas généralement accessible à des professionnels car il ne peut pas servir de fonds pour une entreprise.

Pour obtenir cette trésorerie d’appoint, il faut évidemment que le dossier de l’emprunteur réponde aux conditions d’octroi des sociétés financeurs. Voici le rappel de ces conditions :

  • le foyer ou le ménage doit avoir de préférence des revenus stables et réguliers (poste en CDI). Mais les banques octroient aussi ce refinancement même si l’emprunteur est un travailleur indépendant. Dans ce cas, elles vont étudier le dernier avis d’imposition.
  • le taux d’endettement avec l’ajout de la trésorerie ne devrait pas dépasser la limite de 33 %. Cette règle est une condition imposée par les établissements prêteurs mais certaines peuvent octroyer un crédit même si le ménage est endetté à hauteur de 40 % s’ils ont des revenus élevés.
  • le comportement bancaire. La banque étudie les relevés des comptes bancaires. Les rejets de prélèvements, les retards de paiement des crédits, les découverts bancaires … constituent des facteurs favorisant le rejet de la demande.
  • le nombre des dettes à la consommation à regrouper. S’il y a un nombre important de dettes à consolider, les banques peuvent refuser cette demande de trésorerie.



L’octroi de cette trésorerie pour le financement d’un projet dépend donc de la situation de l’emprunteur. Voilà pourquoi, il est conseillé de recourir au service d’un courtier ou d’une société de courtage. Ce professionnel peut en effet, négocier avec ses différents partenaires afin de les persuader à accorder cette trésorerie. Il peut apporter des arguments adéquats qui permettent de débloquer cet apport supplétif. En outre, il lui est également possible d’accélérer le traitement du dossier grâce à ses compétences dans ce milieu.


  • En premier lieu, si l’établissement de rachat octroie ce fonds supplémentaire, l’emprunteur peut réaliser le projet qui lui tient à cœur. Cela peut être le financement de l’acquisition d’une voiture, l’inscription de ses enfants dans les écoles supérieures, les travaux d’isolation de son logement etc. Pour sponsoriser ces travaux sans alourdir son taux d’endettement, cette solution est très appropriée. En effet, si l’emprunteur contracte un prêt classique, il ne bénéficie pas de mensualité réduite. Or dans ce montage, le montant du prélèvement à la hauteur de la capacité de remboursement de l’emprunteur est un véritable avantage.
  • il se peut également que le souscripteur à cette sortie d’endettement ne souhaite pas réaliser le projet dans l’immédiat. Dans ce cas, le fonds peut servir de fonds de roulement pour faire face aux dépenses à venir.
  • Cette trésorerie supplémentaire est aussi une solution intéressante pour les propriétaires. Elle leur permet de faire les gros travaux dans leur résidence. Par ailleurs, certains établissements financiers acceptent le financement d’une résidence secondaire via l’hypothèque du bien immobilier dans le cadre d’un rachat de crédit.


Le regroupement de dettes ou le rachat de crédit permet de resolvabiliser le candidat au rachat tout en lui permettant de bénéficier d’une trésorerie. Le montant de ce crédit sera ajouté dans le montant total du crédit regroupé. Si l’emprunteur ne souhaite pas comparer les diverses propositions des établissements proposant cette opération, il est recommandé de recourir à un courtier spécialisé en restructuration de prêts. Cela permet de bénéficier des conditions plus favorables dans cette opération.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *