Quelles sont les causes de refus pour un rachat de crédit locataire ?

Le rachat de crédit ou la restructuration de prêt est une opération accessible aux propriétaires, tout aussi bien qu’aux locataires et personnes hébergées gratuitement qui ont au moins 2 prêts bancaires en cours. Mais avant d’octroyer cette demande, l’établissement financier s’assure d’abord des capacités de remboursement de l’emprunteur. Il existe plusieurs motifs de refus pour un rachat de crédit locataire que nous allons voir dans l’article ci-dessous.

Dossier déjà présenté et refusé de rachat de crédit locataire

Le premier motif de refus est le dossier déjà présenté mais ayant fait l’objet d’un refus. Ce qui avec le petit nombre d’organismes prêteurs en matière de regroupement de dettes locataire est la raison la plus fréquente.

Le revenu insuffisant de l’emprunteur

Avant de donner une réponse positive de la demande, la banque étudie les ressources financières de l’emprunteur. Pour espérer obtenir un accord de la demande, l’un des souscripteurs à cette opération, s’il s’agit d’un couple doit avoir au moins un montant de revenus de 1 500 euros par mois. Or, bon nombre des emprunteurs locataires ne gagnent pas autant. Voilà pourquoi, les banques refusent leur demande de rachat de prêt

L’endettement après restructuration et le scoring bancaire

Avant d’accorder la restructuration de prêt, la banque vérifie le taux d’endettement du souscripteur après la mise en place de l’opération et son score bancaire. Si son reste à vivre ne lui permet pas de vivre décemment, ou s’il a une situation professionnelle instable (intérim ou contrat en CDD, ou chômeur), les banques peuvent refuser de lui octroyer ce refinancement. Par ailleurs, les banques ont besoin de s’assurer qu’elles ne vont pas perdre l’argent injecté dans ce refinancement avec une personne qui n’a pas de rentrées d’argent pérenne et sûre. Pour un travailleur indépendant ou une profession libérale, elles demanderont ainsi une ancienneté de 3 ans dans leur activité avec un bilan positif de leur rendement. Cela leur permet de s’assurer qu’ils peuvent récupérer leurs fonds.

Le fichage FICP

Les personnes répertoriées dans ce fichier sont celles qui n’ont pas effectué le paiement de deux mensualités pleines et ceux dont le paiement de mensualités affiche un retard de plus de 60 jours. Ceux qui n’ont pas respecté la limite de leur découvert bancaire ou qui font l’objet d’une procédure judiciaire d’une banque se trouvent dans ce fichier. Enfin, ceux ayant déposé un dossier qui est déclaré recevable à la commission de surendettement figurent également dans cette liste des personnes fichées FICP. La loi impose que les établissements financiers consultent ce fichier avant d’octroyer le prêt. Cela afin d’éviter qu’un emprunteur n’ayant pas encore remboursé ses dettes puisse contracter un autre crédit. Le fait de figurer dans ce fichier constitue un motif de refus pour l’emprunteur locataire.
En revanche, s’il est propriétaire ayant déjà acquitté son bien immobilier ou propriétaire accédant, il lui est possible de bénéficier d’une restructuration de prêt hypothécaire en cas de fichage FICP ou d’endettement élevé. Les locataires dont les parents peuvent apporter une garantie immobilière peuvent également prétendre à cette opération financière.

L’incident groupe

La cause du refus de rachat de crédit peut être l’incident groupe, c’est-à-dire, que par le passé, l’emprunteur avait eu un contentieux avec un organisme parent faisant partie du même groupe bancaire que celui dans lequel a été présenté le dossier. Son dossier se voit ainsi refusé automatiquement.

Conclusion

Il existe de nombreux cas de refus d’un rachat de crédit locataire. Hormis les motifs évoqués, l’âge du demandeur peut être remis en question. Dans tous les cas, lors d’une réponse négative, le souscripteur à cette opération doit faire une demande de rachat auprès d’autres courtiers ou d’autres établissements financiers. Nous lui recommandons de commencer par l’outil de simulation sur notre site afin d’obtenir la meilleure offre de rachat de nos banques partenaires.