Tout savoir sur
le rachat de crédit

Sommaire : Guide du regroupement de credit

Regroupez tous vos crédits en un seul
et diminuez vos mensualités

Condition pour Emprunteurs Locataire et Hébergé : les crédits à racheter doivent être supérieur à 20.000€ (hors trésorerie).

Avez un bien immobilier

Besoin de trésorerie ?

Des champs obligatoires n'ont pas été remplis.

* Champs obligatoires.

Vos informations

Avez vous un co-emprunteur

Pour vous contacter

Des champs obligatoires n'ont pas été remplis.

* Champs obligatoires.

Dernière étape :

Infos de votre co-emprunteur

Avez vous des revenus foncier

Etes vous interdit bancaire ?

En soumettant ce formulaire, j'accepte que les informations saisies soient exploitées dans le cadre d'une demande de financement : rachat de crédit et/ou crédit immobilier.
Les informations que vous nous avez déclarées sont résumées ci-aprés, et ne seront utilisées que par Credimedia, Mandataire Non Exclusif de Banque, partenaire de banques spécialisées.
En aucun cas, celles-ci ne pourront être cédées à des fins commerciales ou marcketing.

Des champs obligatoires n'ont pas été remplis.

* Champs obligatoires.

Comment procéder à un rachat de crédit et quels sont ses avantages ?

Nous parlons de rachat de crédit (voire de regroupement de crédits) lorsqu’il est question de rassembler l’intégralité des vôtres en un seul et unique. Ainsi donc, vous pourrez profiter de divers avantages, à leur tête une gestion grandement simplifiée, etc. Il s’agit d’une démarche de plus en plus courante, tout particulièrement chez les entrepreneurs, un profil qui y voit un excellent moyen pour améliorer sa situation financière, mais pas que ! Nos experts vous livrent à travers cet article un guide particulièrement complet qui reprend plus ou moins tout ce qu’il est nécessaire de savoir sur le sujet. L’accent est particulièrement mis sur les définitions et l’utilité, mais aussi sur les nombreuses spécificités techniques et autres détails pour ainsi lever le voile sur la pratique et sur ses particularités, notamment la durée de rachat, les éventuelles enseignes qui puissent vous guider, ou même plus d’informations par rapport à la simulation, une étape utile, mais bien souvent grillée et sous-estimée. Bonne lecture !

Tout savoir sur le rachat de crédit

Vous l’aurez compris, le rachat de crédit constitue une solution pour le moins très intéressante si jamais vous désirez fusionner vos crédits en un seul (toutes catégories confondues).

  • Le crédit automobile.
  • Le crédit consommation.
  • Le crédit en rapport avec l’immobilier, et bien d’autres encore !

Le but bien sûr étant de profiter de mensualités nettement moins élevées pour ainsi disposer d’une situation moins complexe, mais aussi pour vous éviter les cas de surendettement qui sont souvent difficiles à gérer. Vous rendez-vous compte qu’une telle solution peut faire des miracles ? Vous n’aurez plus à avoir le besoin de surveiller votre compte et la fluctuation de votre solde puisqu’il ne s’agira désormais plus que d’une seule mensualité dont le débit se fait une seule et unique fois. Le paiement, cela va sans dire, se fait auprès d’un seul organisme, d’où le fait que tout est nettement moins compliqué pour vous. Résultat : le taux d’endettement sera lui aussi moins conséquent, ce qui fait que vous pourrez pour une fois respirer un bon coup et profiter de cette nouvelle aisance pour (pourquoi pas ?) revoir la manière dont vous gériez votre budget pour ainsi l’optimiser.

Bien évidemment, les différents crédits qui seront rassemblés seront tous concernés par le même taux qui sera fixe. Défini au moment de la rédaction de l’offre, il ne pourra être changé, mais sera la clé de l’allègement des frais mensuels tels que nous le mentionnions plus haut. Vous serez également agréablement surpris de constater que les taux d’assurance sont eux aussi concernés puisque le besoin de les multiplier ne sera plus. Il est bien connu qu’une seule assurance est nécessaire par crédit, une règle qui continue de s’appliquer certes, mais avec un seul crédit. Notez bien que pour certains cas qui demeurent cela dit assez rares, la démarche de RAC sera l’occasion de faire décroître les taux initiaux des crédits, notamment si ces taux furent plutôt élevés. Il s’agit d’une procédure parfois quelque peu compliquée et limite tirée par les cheveux, mais des crédits (tels que les crédits renouvelables) peuvent très bien être remplacés par un prêt personnel, engendrant une baisse significative du taux initial.

Pour mieux vous détailler la chose, nous allons prendre pour exemple la situation de M. et Mme. Dubois qui disposent de plusieurs crédits, notamment un crédit automobile, un prêt immobilier et même un crédit à consommation avec des tarifs qui varient d’une offre à une autre bien évidemment. Le total devrait atteindre les 1 250 euros. Leurs revenus quant à eux affichent 2 500 euros nets par mois, ce qui n’est hélas pas suffisant pour leur permettre de s’assumer sur le long terme, ce qui fait qu’ils ont souhaité opter pour la technique du rachat de crédit où leur conseiller leur a proposé d’allonger leur durée de crédit et ainsi faire réduire les mensualités de façon importante. 830 euros, voilà ce qui leur a été proposé sur une durée d’un peu moins d’une vingtaine d’années, soit une baisse significative d’un peu plus de 30 %.

Attention toutefois au fait par exemple que la durée de remboursement soit plus longue pour le rachat de crédit, un inconvénient qui ne vient jamais seul puisqu’il coïncide également avec un coût de prêt plus élevé. Nous attirons également votre regard aux types de rachat. Celui du prêt à la consommation par exemple concerne l’achat d’un véhicule, voire des appareils électroménagers. Le rachat de prêt-relais ne peut être utilisé que suite à la contraction d’un prêt pour un bien quelconque, à condition de ne pas attendre la fin de votre remboursement pour contracter un second prêt. Enfin, le rachat de crédit immobilier (comme son nom l’indique) concerne les logements et habitations. Si vous hésitez quant à une éventuelle contraction et que vous n’osez pas franchir le pas, nous vous recommandons de veiller à certains points qui favorisent le plus souvent. Avoir une situation stable est un très bon point, auquel cas les banques vous favoriseront très certainement.

C’est généralement le cas pour les clients qui disposent d’une expérience assez longue en entreprise, voire pour les personnes qui exercent un métier plus libéral, voire un CDI. Savoir gérer son budget est un plus, surtout que vos relevés de compte seront soigneusement étudiés afin d’y analyser le taux d’endettement et les dépenses que vous faites. Un mal pour un bien si vous voulez notre avis puisque le financement sera bien ajusté en fonction des mensualités. Heureusement, de plus en plus d’entreprises tendent à ajuster ce montant-là selon les besoins, ce qui fait que vous pourrez même choisir vos dates de prélèvement, un détail qui est loin de constituer un souci.

Mais en parlant d’allongement de durée de remboursement, de réduction des mensualités, ou même d’anticipation de baisses et autres, nous oublions parfois de mettre l’accent sur l’allongement des durées de remboursement. Il serait donc important de noter que cette augmentation de la durée en plus de l’ajout de telles ou telles sommes à un projet X ou Y (toujours dans un contexte de groupement de crédits bien évidemment) peut engendrer une majoration du prix fixé pour le crédit dans son ensemble. Par ailleurs, et pour avoir plus d’informations sur le sujet, il ne faudrait pas non plus hésiter à s’adresser à votre conseiller qui pourra répondre à toutes vos questions sur le sujet et vous présenter plus de détails quant à la procédure à suivre, aux éventuels problèmes que vous pourriez rencontrer, voire vous proposer une feuille de route quant aux moyens d’augmenter vos chances !

Le rachat de crédit : mode de fonctionnement

La demande de crédit bien évidemment peut se faire pour divers types d’achats. Il peut bien sûr s’agir de produits que nous consommons tous les jours (comme à titre d’exemple les produits électroniques ou électroménagers), d’éventuels biens immobiliers, etc. Le prêt pour ces derniers est d’ailleurs devenu une quasi-nécessité. Le processus vous oblige généralement à contacter un créancier (soit un organisme) qui pourra traiter la demande en question. Vous serez par ailleurs dans l’obligation de régler une certaine somme mensuellement, tout en suivant un taux d’intérêt bien précis qui sera rajouté à la somme totale remboursable. En optant pour le regroupement de crédits (et vous l’aurez probablement compris !), ce taux pourra être réduit.

Pour le cas du prêt immobilier (qui est celui qui a tendance à revenir le plus souvent), nous sommes face à une solution intéressante dans le sens où vous pourrez non seulement restructurer votre dette, mais aussi racheter un seul crédit. Pour cette première option, vous pourrez vous tirer d’affaire même en étant en surendettement, un problème qui survient lorsque vous ne disposez plus des moyens pour payer votre dette. Par rapport au rachat avec un seul crédit, il s’agit ici de la renégociation à prêt puisque vous disposerez de conditions nettement plus adéquates, surtout que ladite renégociation pourra se faire avec la même banque créancière. Pour un rachat de crédit immobilier, les portes s’ouvriront plus grand avec la possibilité de contacter d’autres établissements bancaires. Nous citerons également le regroupement de crédits simple (un seul créancier et paiement de mensualités moins élevées). Si vous envisagez le rachat de prêt, vous serez ravi de constater que ce dernier vous permettra d’alléger vos mensualités et ainsi avoir un crédit qui s’étalera sur une durée moins importante. Cela dit, il faudra dans ce cas-là prendre le temps de bien analyser les différentes offres, voire d’opter pour une simulation afin d’éviter toute incertitude. Nous aborderons justement la question de la simulation à la fin de l’article pour vous aiguiller davantage par rapport au sujet.

Si cela peut vous aider, n’oubliez pas qu’il existe le Prêt à Taux Zéro (que nous appelons également PTZ). Il constitue une option envisageable pour les personnes souhaitant opter pour la contraction d’un prêt (surtout lorsqu’il s’agit d’immobilier !) sans le moindre intérêt. Attention toutefois aux conditions à remplir puisqu’il faudra par exemple prêter garde au plafond de ressources, aux conditions d’habitation, aux coûts totaux des opérations, etc.

En tout cas, qu’il s’agisse de rachat de crédit ou de renégociation de prêt, vous avez toute la liberté de choisir l’option qui vous convienne le plus. Il est cela dit surtout question de capacités financières surtout que les avantages sont a priori nombreux pour les deux, même si le rachat de crédit demeure plus intéressant. Un certain problème se pose par contre pour ce qui est de la renégociation du crédit immobilier puisqu’il est possible que votre banque vous le refuse. Rien ne vous garantit une acceptation de la part d’une autre banque, même si qui ne tente rien n’a rien. Autant donc commencer à préparer un dossier en béton tout en gardant en tête que la capacité à effectuer l’emprunt dépend de toutes sortes de facteurs allant du taux d’endettement au reste à vivre tout en passant par l’apport. Pour vous expliquer tout ça plus en détail, le taux d’endettement consiste en une addition des différentes charges avant de faire une division par les revenus. Le résultat obtenu est ensuite multiplié par cent afin d’obtenir le taux final. Concernant le reste à vivre, c’est ce qui restera une fois le paiement des mensualités effectué. Enfin, l’apport est une somme mise de côté dès le départ, réservée à la demande de prêt, mais certainement pas au rachat de crédit.

Avant d’aller plus loin, il faut savoir que même si les avantages peuvent sembler très alléchants, les inconvénients du rachat de crédit peuvent freiner certains. Il est par ailleurs important de vous en parler plus en détail avant de poursuivre avec des notions plus poussées et des explications plus détaillées par rapport à la soumission de votre dossier. En effet, faire racheter vos crédits vous fera perdre la relation privilégiée que vous entretenez avec votre banque. Vous séparer de cette dernière entraînera forcément une perte de nombreux atouts. Encore et toujours, il ne faut pas perdre de vue le fait que la durée augmentée du prêt coïncide forcément avec un coût total plus élevé. Attention à la majoration du coût du crédit. Par rapport aux frais à régler à présent, la négociation du prêt doit se faire avec le banquier, ce qui peut entraîner des paiements additionnels à régler avec un montant qui n’est pas forcément toujours insignifiant. Il faudra aussi penser à régler toutes les anciennes banques en prenant en considération le fait que les indemnités de remboursement sont soumises à un seuil de six mois d’intérêt avec une limite de 3 % par rapport au capital. Les frais de dossier devront, eux aussi, être pris en considération, avec, cette fois-ci, un plafond de 1 % par rapport au crédit acheté. Tous les frais précédemment seront intégrés au montant de votre nouveau crédit si bien que vous n’aurez plus besoin d’un montant de trésorerie.

Si vous souhaitez décrocher des conditions avantageuses, nous vous recommandons encore une fois de faire appel à un courtier ou à un spécialiste dans le rachat de crédit. Ne sous-estimez pas l’aide qu’il peut vous apporter, son accompagnement pouvant s’avérer particulièrement utile. Le rachat de crédit n’est validé qu’après étude de faisabilité, cette dernière ne pouvant être menée que par des établissements spécialisés dans le crédit tout en imposant un certain nombre de critères. L’emprunteur n’aura donc jamais la certitude à cent pour cent de pouvoir bel et bien bénéficier du financement, surtout s’il ne remplit pas l’ensemble des critères dictés par la banque. Pour terminer, les opérations bancaires d’une telle ampleur nécessitent un certain engagement sur le plan financier de la part de l’emprunteur. Ce nouveau prêt doit être remboursé de la même manière que n’importe quel crédit lambda et doit donc être traité de la sorte.

Pour conclure cette partie, nous mettons l’accent sur l’essentiel à retenir par rapport à la manière dont fonctionne le rachat de crédit, ses avantages, et ses inconvénients. S’il se caractérise par une augmentation du coût global (ce dont nous vous alertions dès le début !), il s’agit par conséquent d’une solution qui n’est pas sans risques. Veuillez donc faire preuve d’un minimum de prudence et de ne pas foncer tête baissée. Veuillez si possible opter pour une analyse détaillée, un état de l’art, voire prendre attache avec des personnes compétentes, capables de vous aiguiller et de vous proposer une feuille de route. Effectuer une comparaison entre l’avant et l’après regroupement/rachat de crédits peut être une solution intéressante, cela pouvant vous apporter un véritable plus et un facteur décisionnel plus important encore pour vos démarches.

À qui s'adresse le regroupement de crédits ?

Fonctionnaires, locataires, ou encore propriétaires. Des profils divers et variés qui peuvent bénéficier du regroupement de crédits. Les spécificités étant différentes pour chacune des tranches précédentes, nous allons tenter de vous présenter tout cela plus en détail !

Spécificités du RAC pour les fonctionnaires

Nous débutons avec le regroupement de crédits pour fonctionnaires où il est sans surprise question de regrouper différentes mensualités en une seule et unique. Cela concerne différentes professions bien évidemment (étatiques, territoriales, hospitalières, et autres !). Le mode de fonctionnement est cela dit bien simple puisqu’il est question d’un organisme de crédit qui accordera un financement et qui remboursera les sommes dues aux créanciers (donc éventuellement banques). Les conditions à remplir ici concernent le taux d’intérêt, la durée de remboursement qui est dynamique et qui peut donc être adaptée, ou encore la réduction de la mensualité. Prêt immobilier et prêt à la consommation peuvent tous les deux être regroupés, peu importe votre type de souscription. Le taux d’intérêt est fixé par votre banque ou société de crédit, tout en évaluant votre situation financière, différents critères entrent en jeu tels que la situation financière, le taux d’endettement, et bien d’autres encore. Nous recommandons aux fonctionnaires de comparer les taux d’intérêt en utilisant un logiciel spécialisé qui leur servira à mieux évaluer les prêts proposés et à choisir ce qui convient le plus à leurs profils.

Il faudra par ailleurs également fournir un dossier, ce dernier « dossier d’employé de la fonction publique » comporte un ensemble de documents qu’il faudra fournir. À leur tête, nous retrouvons le justificatif des différentes raisons motivant le rachat de crédit (souvenez-vous que la réduction de la fiscalité n’est pas un critère suffisant pour avoir votre acceptation), une photocopie de votre pièce identitaire, mais aussi les relevés bancaires les plus récents, le RIB, etc. Pensez également à inclure un ensemble d’autres justificatifs comme celui de la domiciliation, fiches de paie, prêts en cours, etc. Le fonctionnaire propriétaire est bien évidemment le plus enclin à recevoir un avis favorable, détenant la propriété d’un logement. Néanmoins, le locataire lui aussi a ses chances à condition de bien mettre en avant ses atouts.

Enfin, et pour ce qui est du fonctionnaire territorial au niveau des différentes communes, un tel poste ouvre droit au rachat de crédit pour la catégorie des fonctionnaires. Il faudra néanmoins être sous un contrat soit en étant titulaire, soit en étant stagiaire. Les co-emprunteurs disposant de contrat pérenne sont eux aussi concernés.

Spécificités du RAC pour les locataires

En parlant de locataires, il serait judicieux de vous parler un peu plus en détail de cette catégorie-là, d’autant plus qu’ils sont le plus souvent soumis à d’importantes charges mensuelles entre loyers et autres crédits qui pèseront grandement sur leur budget. En optant pour le rachat de crédit, ils pourront ainsi remplacer différentes mensualités par une seule et unique. Une occasion en or en somme à ne pas rater pour leur permettre de respirer un coup et ainsi pouvoir reconstruire une bonne trésorerie, voire rembourser les dettes accumulées. Si votre but est l’assainissement des finances, sortir d’une situation contraignante de surendettement, ou tout simplement que vous soyez sur un nouveau projet, l’idéal serait de demander votre rachat de crédit pour locataire au plus vite.

Beaucoup, cela dit, disent se poser la question par rapport au montant maximal pour les locataires. Nos experts spécifient donc que ce montant est généralement fixé à 100 000 euros, ce qui fait que le cumul des dettes restantes doit impérativement être en dessous de ce seuil même si des exceptions éventuelles peuvent être accordées. Afin de pouvoir bénéficier du regroupement de crédits pour locataires, le seuil minimal est de 1 500 euros. Les offres pouvant énormément varier pour les demandes de regroupement de crédits pour locataires, il vous est conseillé d’évaluer précisément le contenu de chaque offre dans l’optique de prendre la meilleure. N’oubliez pas de mettre en avant certains points qui devraient jouer en votre faveur, tout particulièrement si vous jouissez d’une situation professionnelle stable, si vous recevez un certain nombre de revenus complémentaires, ou encore si vous n’avez aucun souci à justifier vos différents revenus bancaires. Cela dit, un locataire aura forcément plus d’efforts à fournir qu’un propriétaire classique, mais si aucun incident n’est à signaler sur votre compte, le problème ne se pose même pas. À vous de montrer que vous savez vous y prendre pour bien gérer votre argent, et sachez bien mettre en avant une volonté de faire et une aptitude à bien gérer votre argent. Vous aurez donc la garantie de trouver la solution à votre surendettement.

Certains cabinets spécialisés pourront mettre à votre service différents conseillers qui vous aideront à bien monter votre dossier. Ils pourront même vous épauler en ciblant les banques et autres sociétés les plus susceptibles de vous aider en vous proposant les conditions les mieux favorables et ainsi vous permettre de faire d’importantes économies par rapport au temps.

Le rachat de crédit pour les propriétaires, RAC sans hypothèque

Lorsque nous parlons de propriétaires, il est question de posséder un quelconque bien immobilier (peu importe que vous l’occupiez ou pas). Vous pourrez tout à fait être propriétaire d’une nue-propriété, en usufruit, ou même en pleine propriété. Un nu-propriétaire disposera d’un droit de revente du bien. Un usufruitier pourra quant à lui utiliser le bien comme bon lui semble, alors que la pleine propriété regroupe les deux précédentes options. Selon les statistiques, ce sont près d’un tiers des Français qui sont propriétaires d’une résidence principale avec un emprunt toujours non-remboursé. Ils sont donc confrontés à un ensemble de soucis qui peuvent survenir assez fréquemment, notamment par rapport au propriétaire accédant, le propriétaire acquitté. Mais au-delà du taux fixe, le rachat de crédit permettra aux propriétaires de profiter de toutes sortes d’avantages considérables, rééquilibrer le budget notamment et ainsi rembourser le crédit immobilier.

L’optimisation des mensualités est, elle aussi, au rendez-vous à travers la préparation de projets comme un financement d’études pour les enfants, une organisation simplifiée, un départ imminent en retraite, et bien d’autres encore. Si vous cherchez tout simplement à valoriser votre bien, c’est l’occasion ou jamais ! Prenez garde au fait que les différentes solutions de rachat de crédit sans hypothèque qui sont proposées dépendent d’une prise de garantie ou pas par rapport au nouveau prêt, cette garantie vous assurant une certaine certitude par rapport au remboursement du prêt. Nous distinguons par ailleurs deux types de garanties : celles réelles et celles personnelles (hypothèque ou caution).

Dans le cas d’une prise de garantie, le taux du nouveau prêt est généralement plus bas même si de nouveaux frais peuvent très bien être engendrés. Dans l’ensemble, et pour clôturer cette partie en ce qui concerne le rachat de crédit pour les propriétaires, cette solution peut grandement les aider à rajouter une touche d’équilibre à leur budget. Que vous soyez en pleine propriété ou pas, attention aux dettes qui peuvent vous empêcher d’atteindre votre objectif sur le long terme. De même, notez que le regroupement de crédits vous permettra aussi bien de valoriser le bien que faire avancer des projets qui stagnaient ou que vous n’aviez même pas commencés. N’hésitez pas à opter pour des garanties, car bien que n’étant pas obligatoires, l’hypothèque ou encore la prise de cautionnement permettront un crédit mieux structuré. Enfin, les courtiers spécialisés pourront vous être d’une aide précieuse, notamment par rapport à l’obtention des meilleurs taux possibles auprès de votre banque.

Le rachat de crédit en enveloppe de trésorerie

Il est possible que l’opération de rachat de crédit soit à visée d’obtention de trésorerie. Il s’agit d’une très bonne démarche si vous ambitionnez de financer un quelconque projet. Attention néanmoins à ne pas confondre avec le prêt en trésorerie qui est une tout autre option ! Dégager des ressources, réaliser différents objectifs et bien d’autres avantages encore découlent de ce type de rachat de crédit qui s’accompagne, comme son nom l’indique, d’enveloppe de trésorerie avec un montant relatif au financement d’un projet bien particulier. Il ne s’agit encore une fois pas d’un prêt, loin de là, puisque nous sommes beaucoup plus dans une épargne de sécurité avec pour objectif le rééquilibrage des finances et le soutien des projets bien évidemment. La trésorerie d’ailleurs n’excède pas 15 % du montant de votre rachat de crédit.

Les points forts de ce type de crédit sont essentiellement centrés sur la non-nécessité de souscrire à d’autres prêts (ce qui vous évite les frais supplémentaires), plus le fait de bénéficier d’une seule mensualité. Beaucoup oublient de considérer que le rachat de crédit immobilier peut s’avérer problématique en engendrant même des pénalités telles que les frais de notaire, mais pas que ! Pour certains, le rachat de crédit avec trésorerie est l’occasion de réaliser d’importants travaux de rénovation, d’agrandissement pour augmenter le nombre de pièces, etc. Ils devront pour cela veiller à justifier le montant de la trésorerie tout en fournissant un ensemble de pièces (factures et devis entre autres).

Pour vous épauler dans votre démarche, voici les conseils que nous vous présentons et qui devraient vous permettre d’augmenter vos chances de recevoir un avis favorable. Commencez par faire en sorte de présenter un dossier solide et qui tienne la route. Il se doit de comporter l’ensemble des pièces justificatives nécessaires. Si jamais vous optez pour la trésorerie non-affectée, n’oubliez pas de conforter l’interlocuteur par rapport à la solvabilité, notamment en apportant certaines preuves (garanties financières). Justement, il est important de jouer la carte des garanties, notamment via un apport personnel (la caution solidaire par exemple peut vous être exigée). Enfin, le mieux serait de contacter différentes banques, car la procédure n’est pas statique et peut différer d’un établissement à un autre. Essayez donc de jeter un œil à la concurrence et aux critères qu’elle impose, voire de continuer à élargir votre champ de recherche en consultant des offres en ligne et en vous aidant d’un dispositif de simulation.

Durée possible des rachats de crédit

Parlons à présent de la durée de rachat de crédit. Encore une fois, nous ne sommes pas sur quelque chose de fixe, mais bel et bien variable, et ce, en fonction de différents paramètres. Tout particulièrement en ce qui concerne le rachat à crédit de consommation, ou encore le crédit hypothécaire qui proposent des délais différents. Il faut également prendre en considération le fait que la durée du rachat de crédit varie en fonction du profil de l’emprunteur, surtout qu’il est question de faire baisser le poids des mensualités du crédit. Les calculettes gratuites sont nombreuses à être conçues spécialement pour vous afficher les durées de remboursement et pour vous éviter de louper certaines DDL (dates limites) qu’il est important de respecter. Cela dit, il faudra en même temps prendre en compte l’objectif qui est de retrouver le reste à vivre, mais les choses peuvent se révéler bien plus complexes que ça en pratique.

En tout cas, il est certain que la durée du prêt peut varier selon les besoins et du montant global en plus de votre profil. Un dossier devra être fourni et seule son étude approfondie permettra d’énoncer la durée sur laquelle s’étalera la consommation du rachat de crédit. Sachez toutefois que des seuils sont toujours appliqués et qu’ils doivent être scrupuleusement respectés. Il s’agit d’une douzaine d’années lorsque vous êtes locataire (soit un total de 144 mois) et d’une quinzaine d’années (et donc de 180 mois) pour un propriétaire. La liste non-exhaustive des crédits à la consommation auxquels s’appliquent ces règles comporte les crédits de travaux, les prêts personnels, les crédits renouvelables ou automobiles, et bien d’autres encore. Nous pouvons même y rajouter d’éventuelles dettes telles que les dettes familiales ou huissières, les retards par rapport aux impôts ou aux factures d’électricité et de gaz, les pensions alimentaires, et bien d’autres encore.

Pour les cas de rachat de crédit hypothécaire, il s’agira d’une durée qui, encore une fois, dépendra de l’emprunteur. Ce dernier doit être en mesure de rembourser son rachat de prêt sans soucis et doit en même temps retrouver un reste à vivre qui soit suffisamment important. Heureusement, la durée de rachat est ici particulièrement longue puisqu’elle peut atteindre pour certains crédits hypothécaires pas moins de 35 ans, ce qui est intéressant lorsque nous savons que le regroupement entre crédits et dettes est possible, avec même la possibilité d’inclure des prêts immobiliers. Toujours dans le cas du rachat de crédit hypothécaire, nous sommes sur plus de 60 % du financement total en ce qui concerne le côté immobilier, un taux qui demeure lui aussi encourageant et intéressant.

Les experts en finance et en droit précisent aussi que les durées maximales sont bien sûr données sous certaines réserves. Il est impératif de respecter l’âge de fin du prêt qui est estimé à 75 ans pour le locataire et 85 pour le propriétaire. Dans le cas d’un rachat de crédit hypothécaire, la durée demeure nettement plus intéressante puisqu’elle peut aller de 85 ans jusqu’à près de 95 ans !

Comme la durée est souvent problématique pour les emprunteurs, nous avons décidé de consacrer une petite partie aux astuces qui peuvent éventuellement les aider à faire pencher la balance en leur faveur. Régie par l’incertain, l’attribution d’une durée est souvent source de stress, certains ayant peur de ne pas disposer d’un profil suffisamment convaincant. Tout (ou presque) réside pourtant dans la constitution du dossier qui doit être en béton afin de décrocher de possibles allongements et un financement tout à fait respectable. Ce sera notamment l’occasion de négocier des taux d’emprunt plus facilement. Mais que voulons-nous dire par un bon dossier ? Tout simplement fournir les preuves d’une situation financière qui soit un minimum stable, et qui ne comporte pas certains éléments pouvant tout de suite faire tache, notamment :

  • Des incidents de paiement ;
  • Des cas de découvert ;
  • Des problèmes d’endettement, etc.

Si possible, veillez à inclure un apport qui est souvent très bien vu par les établissements bancaires. Un taux de 10 % devrait en principe faire l’affaire. En tout cas, lorsqu’il est question des durées indiquées plus haut, tout a été fourni à titre purement indicatif puisque l’âge de l’emprunteur peut jouer un rôle important au côté de la date de souscription. Pourquoi ne pas donner un petit coup de pouce supplémentaire au dossier et augmenter ses chances de réceptibilité en y incluant les éventuelles garanties ? C’est une technique qui a prouvé son efficacité et qui devrait vous permettre de prolonger la durée maximale pour le rachat du crédit. Vous pourrez garantir un prêt avec une assurance-vie, mais il s’agit d’une idée parmi tant d’autres, ce qui fait que vous avez le large choix. S’il fallait donc retenir certaines informations particulières quant à cette partie, n’oubliez pas déjà que vous ne pouvez prétendre à plus de quinze ans pour le rachat de vos crédits consommation, et environ 35 ans lorsqu’il s’agit de crédit immobilier. Qu’il s’agisse de l’option A ou de l’option B, il faudra toujours respecter le seuil d’âge de l’emprunteur par rapport à la fin du prêt, sans quoi le processus n’aboutira pas. Faites bien attention aussi aux politiques des banques qui peuvent grandement varier, vous voilà prévenu. Du côté de la mensualité désormais, sachez qu’elle interviendra quelque part entre le 75ème et le 95ème anniversaire de la personne, même si cela dépend également du regroupement et de sa nature (pouvant être soit de consommation, soit immobilier, soit hypothécaire).

Si vous vous sentez capable d’argumenter, sachez qu’il est tout à fait possible (et même vivement conseillé) de négocier le regroupement de crédit entre le prêteur et l’emprunteur. Les discussions peuvent être directement menées en face à face ou encore à travers un intermédiaire. Vous pourrez donc avancer les arguments nécessaires qui vous permettront de décrocher un meilleur contrat, en évoquant notamment la durée de rachat. N’ayez pas peur du fait que le prêteur vous pose certaines conditions puisqu’il vous est vous aussi possible de mettre sur la table votre analyse de la concurrence, voire d’aller carrément voir ailleurs si vous pensez que d’autres offres puissent vous convenir davantage. Prenez toujours en considération votre propre situation professionnelle et personnelle, votre profil de façon générale, votre capacité à rembourser, les éventuels délais à respecter, etc. La date choisie doit donc non seulement respecter certains délais, mais aussi concorder avec vos attentes et objectifs. Encore une fois, nous réitérons notre conseil par rapport aux logiciels de simulation qui jouent un rôle très important lorsqu’il est question de durées et d’estimations en y injectant toutes les informations nécessaires et autres paramètres requis.

Comment bénéficier d'un rachat de crédit ?

Si vous êtes désormais convaincu que le rachat de crédit est ce qu’il vous faut, nous allons à présent nous pencher tous ensemble sur les différents conseils et autres techniques à adopter pour constituer le meilleur dossier et donc de bénéficier d’un rachat de crédit. Logiquement, l’organisme auquel vous vous adressez aura besoin d’un minimum de détails pour en savoir plus, ce qui l’intéresse le plus étant votre situation à la fois personnelle, mais aussi professionnelle. Les capacités de remboursement doivent également être de la partie, notamment le rapport qui existe entre les revenus et les charges. C’est ce qui permettra à la banque (par exemple) de dresser votre profil et ainsi vous proposer une démarche qui puisse vous correspondre.

Clairement, et comme nous ne manquions pas de vous le dire plus haut, il est courant de privilégier les personnes ayant les situations les plus stables, ce qui est en fait logique. Les clients ayant un bon salaire et un emploi fixe peuvent plus facilement fournir des preuves de leurs revenus et de leurs remboursements, tout particulièrement s’ils arrivent à décrocher un CDI, ou s’ils peuvent témoigner d’une expérience longue et fructueuse au sein d’une même entreprise, même si les métiers libéraux ne sont pas exclus non plus. Ainsi donc, si vous venez récemment de rejoindre une entreprise, mieux vaut attendre la fin de la période d’essai/le début de la titularisation pour demander le rachat de crédit. Après, ce n’est pas tellement le montant des rentrées d’argent qui intéresse, mais plutôt la capacité de remboursement et la façon dont vous gérez un budget. L’établissement n’hésitera pas à éplucher vos relevés en prenant compte des dépenses, du taux d’endettement, des économies, etc. Les sorties d’argent non-mesurées, les charges fixes qui dépassent les 33 % du budget du mois, ou encore des dépenses toujours aussi hautes ne plaisent guère et ne devraient pas jouer en votre faveur malheureusement.

Maintenant que nous avons fait le point sur le sujet, passons aux pièces justificatives qu’il faudra obligatoirement fournir Commençons par les pièces communes que vous devrez impérativement fournir (quel que soit votre état civil), à savoir une photocopie de la pièce d’identité recto/verso (vous pourrez opter aussi bien pour une carte d’identité que pour un passeport), une photocopie de votre livret de famille, ainsi qu’un justificatif de votre domicile récent (maximum trois mois), soit une facture d’électricité, Internet, ou autre. Par la suite, le reste des pièces à fournir dépendent de votre situation :

  • Situation A : marié/pacsé ;
  • Situation B : divorcé ;
  • Situation C : société civile immobilière ;
  • Situation D : salarié ;
  • Situation E : perception d’APL (fournir une attestation) ;
  • Situation F : retraite ou invalidité.

Il existe également les cas de pré-retraite, de chômage, ou encore de professions libérales, propriétaire, et enfin locataire. Pour le premier cas, il faudra joindre une photocopie de votre contrat de pacs ou de mariage. Si vous êtes divorcé, il faudra plutôt mettre la photocopie de jugement prouvant votre divorce tandis que les statuts de société sont requis pour la troisième situation (rappel : Société Civile Immobilière). Les salariés se devront impérativement de fournir des bulletins de salaire (trois), une photocopie des derniers avis d’imposition (trois toujours), ainsi que leur contrat de travail. Pour une retraite ou une pré-retraite, le dossier est plus conséquent puisqu’il s’agit des bulletins d’allocations, récapitulatif des pensions de l’année, et autres justifications de revenus. Les chômeurs s’acquitteront d’une photocopie de leur convention d’indemnisation ainsi que leurs éventuels justificatifs de revenus. Pour un salarié, il s’agira des déclarations BNC/BIC, avis d’imposition et autres justificatifs, tandis que pour les propriétaires, ce sera une copie du titre de propriété, la taxe d’habitation/taxe foncière, estimation de la valeur du local, etc. Pour le cas où vous êtes locataire et non pas propriétaire, votre dossier n’est pas le même bien évidemment avec obligation de joindre une photocopie du bail, la dernière taxe d’habitation, les quittances de loyer, ainsi que les éventuelles factures d’électricité/gaz/Internet, ou autres.

Quelle que soit votre catégorie parmi celles mentionnées ci-dessus, il vous faudra sans exception fournir votre relevé des comptes bancaires ainsi que les différents comptes bancaires reliés aux prêts. Il est normal de faire connaître le montant total de toutes les dettes puisque le but premier est, ne l’oublions pas, de faire fusionner l’intégralité des crédits en un seul et unique. Si le dossier peut vous paraître donc déjà bien conséquent, n’oubliez pas qu’il est aussi crucial d’y rajouter les trois derniers relevés de tous les comptes bancaires, et donc aussi bien personnels que professionnels. Rajoutez-y le RIB, les offres de tous les prêts et autres tableaux d’amortissements relatifs aux prêts immobiliers, personnels, et même de consommation qu’il faudra également rajouter sans exception. Enfin, le revolving devra lui aussi être de la partie avec l’ajout des relevés de toutes les opérations en lien avec un (ou des) crédit renouvelable. Même si votre dossier ne vous semble au premier abord pas forcément très convaincant, dites-vous qu’aucun n’est réellement parfait et que vous devez malgré tout défendre votre situation et comparer entre les différents devis.

Pensez également à négocier un minimum votre contrat puisque toutes les offres ne se valent pas non plus, pouvant grandement différer d’une banque à une autre. Nous remarquons par exemple que beaucoup proposent exclusivement des rachats de crédit à consommation, alors que d’autres sont plus spécialisés dans l’immobilier. Par rapport à taux, ils sont également plusieurs à proposer des chiffres trop élevés. Sachez aussi que de nombreuses sociétés et autres établissements financiers préfèrent recevoir uniquement les dossiers transmis par un intermédiaire, il serait donc intéressant d’en contacter un. Ce dernier doit se spécialiser dans des opérations bancaires pareilles, ce qui fait que vous devrez le mandater afin qu’il fasse lui-même le travail de placement tout en passant d’éventuels accords (ce qui serait d’ailleurs préférable !). La personne en charge devra également procéder à une étude personnalisée du dossier selon votre profil et votre situation avant de commencer à contacter telle ou telle banque. Elle sera également en charge de mener l’étude comparative pour sélectionner l’offre la plus adéquate. Elle pourra par ailleurs vous contacter à tout moment pour plus d’éclaircissements, voire pour vous informer par rapport aux offres et ainsi sonder votre propre avis pour tirer une conclusion. Elle devra en tout cas faire de son mieux pour vous aider à concrétiser vos objectifs, ce qui devrait lui poser nettement moins de problèmes qu’à vous puisqu’elle est censée maîtriser une large palette de techniques (jargon, astuces, processus, communication).

Si vous souhaitez donc contacter un courtier (ce qui est en soi franchement une très bonne idée), n’oubliez pas que les honoraires sont généralement fixés selon un montant prédéfini et qui sera inclus dans l’offre finale de financement. Le montant peut quant à lui différer en fonction des dossiers.

Pour terminer cette partie, nous vous présentons les différentes étapes de rachat de crédit en débutant avec la demande de courtier (voire en contactant directement la banque) pour lui présenter les différentes pièces justificatives et le dossier de façon générale. C’est ce qui permettra l’analyse de votre dossier par le courtier qui se chargera d’établir la faisabilité du projet en question tout en prenant en considération les différents facteurs et en vous interrogeant sur vos choix de garanties (entre autres). Troisième étape : le montage financier pour chiffrer les coûts finaux de votre crédit. Il faudra signer un mandat de recherche si vous optez pour un courtier, un document qui lui permettra de contacter les emprunteurs en votre nom. C’est lui en même temps (le courtier) qui s’occupera des différentes simulations de toutes les opérations financières. Nous poursuivons avec l’offre de rachat en évaluant les options qui s’offrent et en les étudiant (le délai de réflexion étant de dix jours), avant de passer au déblocage de fonds qui marque la fin de la procédure avec le choix d’une offre signée, le remboursement des précédents crédits par la banque, etc. L’ensemble de ces formalités devrait prendre environ deux mois.

Simuler un rachat de crédit

Nous vous parlions depuis tout à l’heure de simulation de rachat de crédit, mais qu’est-ce que c’est en réalité ? Vous êtes désormais familier avec le concept de rachat de crédit, mais si vous débutez votre lecture au niveau de cette partie-là, nous vous rappelons qu’il est question de regrouper les différents emprunts et autres dettes en un seul et unique prêt tout en vous permettant de profiter d’une mensualité nouvelle avec une durée de remboursement qui est en principe un peu plus longue. L’opération permet un certain nombre d’avantages, notamment la réduction du taux d’endettement. N’oubliez pas qu’il est toujours possible de passer par un courtier afin de lui demander un avis, voire pour demander un accompagnement tout au long de la procédure et ainsi garantir une très bonne optimisation lors de votre quête du taux idéal ! Il faut savoir que non seulement les prêts en cours de remboursement seront pris en charge par la banque prêteuse, mais cette dernière ne sera plus que votre seul et unique interlocuteur pour le rachat des prêts et pour tout le reste (dettes familiales et autres). Mieux encore, il est possible d’inclure une trésorerie supplémentaire comportant voyage, travaux, et autres qui puissent vous passer par la tête. Passons à présent au vif du sujet. Quel est le but d’une simulation pour le rachat de crédit ? Tout simplement vous faire une idée plus précise et nettement plus réaliste de votre mensualité. Tout cela en fonction bien sûr de votre situation et de l’évolution de vos projets, il s’agit donc d’une simulation hautement personnalisée qui devrait grandement vous aider. Cela dit, les calculettes de regroupement de crédits et autres logiciels sont très nombreux sur le Net, vous permettant de retrouver très rapidement un juste équilibre et une bonne gestion du budget avec regroupement de tous les crédits en un seul, cela va sans dire. Les estimations obtenues sont généralement bien pratiques tout en vous donnant la possibilité d’analyse de situation aussi bien avant qu’après l’opération. Dans la quasi-totalité des cas, aucun engagement n’est nécessaire et les manipulations se font toutes gratuitement. Quelles sont toutefois les autres raisons qui devraient éventuellement vous pousser à opter pour le logiciel en ligne ?
  • La rapidité.
  • L’analyse très performante.
  • Les estimations souvent justes.
  • La comparaison entre les différentes offres.
  • La simplicité.
En effet, les calculs effectués se font très rapidement et vous permettront en à peine un clic d’avoir un compte-rendu détaillé qui vous permettra de bien analyser la situation tout en mettant l’accent sur différents aspects tels que les charges, les revenus, la détermination des sommes restantes après le paiement, etc., pour ainsi bien planifier toute l’opération comme il se doit. Les estimations qui s’afficheront seront adaptées sur-mesure à votre cas et s’étaleront sur plusieurs mois, voire plusieurs années, tout en vous conférant une excellente analyse et des prédictions qui, dans la majorité des cas, s’avèrent véridiques. Notre conseil serait de réitérer l’opération pour différentes banques et différentes offres pour ainsi mieux comparer, surtout que de nombreux outils seront mis à votre disposition tels que des tableaux, des graphiques et autres graphes pour vous garantir une bonne compréhension et une assimilation rapide des conseils prodigués. Si de nombreux simulateurs font mention d’une assurance emprunteur, sachez qu’elle n’est pas obligatoire, mais qu’elle demeure vivement recommandée. Certains établissements l’exigent carrément pourtant, pensez donc à la fournir également, sait-on jamais !

Pour ce qui est à présent des informations qu’il vous sera utile de fournir, il s’agit en premier lieu des réponses à des questions de base par rapport à votre statut (locataire ou propriétaire d’un logement), le nombre de crédits/prêts, le total des mensualités, ou encore le total à rembourser. D’autres interrogations se posent également, notamment votre désir d’intégrer un emprunt dans le groupement, le besoin ou pas d’une trésorerie en plus, les revenus généraux de votre foyer, etc. Tout cela est déterminant et permettra à l’algorithme de fonctionner de façon plus fluide pour vous apporter toujours plus de détails. Vos premières réponses ne serviront qu’à réaliser une petite estimation. Il faudra donc par la suite intégrer petit à petit de nouvelles informations qui permettront un résultat plus fiable, notamment en joignant la durée espérée du remboursement entre autres. Le détail de la situation financière constitue généralement un gros plus pour les logiciels de simulation, ce que vous ne devriez pas omettre d’insérer.

Une fois les premiers résultats obtenus, vous pourrez contacter un mandataire (et donc le courtier) qui pourra mieux analyser vos résultats et vous proposer son accompagnement dans la suite de la procédure. Il s’agirait donc en premier lieu de lister charges et ressources pour réaliser d’autres calculs (notamment le reste à vivre), le taux d’endettement (un ratio qui ne doit pas dépasser les 33 % tel que mentionné plus haut !), et enfin vous présenter les différentes possibilités avec les avantages et les inconvénients de chacune.

Notez bien qu’Internet regorge de simulateurs de rachat de crédit dont vous pourrez donc en faire usage à tout moment. Difficile de vous en conseiller un en particulier puisque ceux que nous avons pu tester se ressemblent fortement de par leurs fonctionnalités, mais essayez d’opter pour quelque chose d’un minimum fiable et complet par rapport aux comptes-rendus fournis. Les calculatrices de simulation testées nécessitent d’entrer au minimum de crédits (dont le montant doit dépasser 10 000 euros). La technologie utilisée vous présentera les différentes économies à réaliser et ainsi le meilleur taux forcément. Notez bien que les offres obtenues par rapport au rachat d’un prêt consommation peuvent être soit à taux fixe, soit à taux variable, et ce, pour beaucoup de logiciels et calculettes. Pas d’inquiétude pour le taux fixe puisque la situation financière est automatiquement maîtrisée en raison du montant de toutes les futures mensualités qui demeurera le même. Pour le taux variable en revanche, si le taux est plus bas, il sera amené à changer en fonction des fluctuations du marché, ce qui fait que les choses peuvent se corser pour vous, les incertitudes étant souvent au rendez-vous, d’où l’intérêt encore une fois du simulateur qui peut parfaitement s’adapter à de telles situations.

Certains simulateurs prennent justement en considération les revenus mensuels en recueillant différentes informations telles que le salaire mensuel net, le bénéfice ou pas des revenus mensuels tels que les allocations familiales, et toutes les autres charges mensuelles. Une fois le calcul terminé cependant, dites-vous que les calculettes ne vous engagent en rien, ce qui fait que la procédure de calcul peut être réitérée autant de fois que nécessaire. Si vous avez envie de vous informer ou si vous n’êtes pas sûr de bien utiliser le logiciel, vous pouvez soit demander conseil à votre courtier qui pourra vous aider dans l’interprétation des résultats, soit directement appeler le service clientèle du logiciel en question. Pour la majorité, ils sont réactifs, disponibles, et pourront traiter votre requête assez rapidement. Cela dit, ils ne pourront pas vous fournir de rapports détaillés, mais sont plus là pour vous aiguiller sur la signification des paramètres, régler les problèmes techniques, ou autres. Ils peuvent par ailleurs être joints directement via la messagerie du site ou par téléphone.

Simulez votre rachat de crédit
Simulation de votre regroupement de crédit.
Simulation gratuite et sans engagement.
Les avis de nos clients
Respect de la vie privée
cnil credimed
Vos informations ne seront utilisées que pour l’usage exclusif de Crédimedia. En savoir plus sur notre politique de confidentialité
 
Mentions relatives au RAC

« Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager »

« Vous disposez d’un délai de rétractation de 14 jours suivant la signature de votre contrat pour renoncer à votre crédit. »

« La baisse de la mensualité entraîne l’allongement de la durée de remboursement. Elle doit s’apprécier par rapport à la durée restant à courir des prêts objets du regroupement.»

« Aucun versement de quelque nature que ce soit, ne peut être exigé d’un particulier, avant l’obtention d’un ou de plusieurs prêts d’argent.»

 
Coordonnées de votre courtier

CREDIMEDIA
Service Clients
235, avenue des Mouettes
06700 ST LAURENT DU VAR
reclamations@credimedia.com

Mandataire non exclusif en opérations de banque et services de paiement & en assurance sous le n° ORIAS 08040514 (www.orias.fr). 

Société soumise au contrôle de l’Autorité de Contrôle Prudentiel et Résolution (ACPR), dont l’adresse est :
4 Place de Budapest, CS 92459, 
 75436 Paris Cédex 09 
téléphone : 01 49 95 40 00 
site : www.acpr.banque-france.fr

Simuler votre rachat de crédit.

Simulation gratuite et sans engagement.
Simulez de votre regroupement de crédit grâce à notre outil gratuit
ou entrez en contact directement  au 04 92 270 270 .

Retour en haut