Quelles sont les différences entre un rachat de crédit locataire et rachat de crédit propriétaire ?

septembre 23, 2018 2:40 Publié par Laissez vos commentaires




L’opération de regroupement de dettes présente l’avantage d’adapter ses mensualités en fonction de sa capacité de remboursement. De plus, elle s’adresse à tous profils, qu’il soit propriétaire, locataire, salarié, travailleur non salarié, profession libérale, fonctionnaire etc. Tous ces profils peuvent prétendre à cette sortie d’endettement. Toutefois, il existe quelques différences entre le rachat de crédit locataire et rachat de crédit propriétaire. Explications.


  • Comme son nom l’indique, cette opération financière permet de racheter les crédits d’un locataire. Ce dernier peut être hébergé par son employeur ou par sa famille ou locataire du logement ou dans lequel il habite. Concrètement, ce montage permet à un établissement de rachat de regrouper les emprunts en cours de cet emprunteur en un seul et unique crédit. Ce dernier peut recourir à cette solution à la suite des aléas de la vie comme la maladie, la perte d’emploi, la séparation conjugale etc. Ces accidents de vie impactent directement au remboursement de leurs prêts. Il les rachète donc aux établissements financiers auprès desquels l’emprunteur a souscrit ces prêts.
  • Le nouveau crédit bénéficie d’un taux fixe et d’une mensualité allégée assortie d’un plan d’amortissement. C’est-à-dire que le remboursement du rachat de crédit sera étalé dans une durée plus longue.
    L’emprunteur locataire peut consolider des crédits à la consommation d’une valeur de 1 500 euros à 100 000 euros. Ce refinancement sera à rembourser dans une durée maximale de 10 ans. Il lui est également possible de demander une trésorerie dans le cadre de cette opération. A noter que le taux dans ce montage financier est plus élevé comparé à celui dans le rachat de crédit propriétaire.



  • Ce montage financier concerne ceux qui ont souscrit à un prêt immobilier afin de devenir propriétaire. Ces profils peuvent prétendre à un regroupement de dettes à la consommation ou un rachat de crédit immobilier.
  • Si la part de capitaux restant de son prêt d’accès à une résidence représente 60 % du montant total du crédit, il s’agit d’un rachat de crédit immobilier. Dans le cas contraire, on parle d’une restructuration de dettes à la consommation.
  • La procédure est la même bien que les conditions du rachat diffèrent un peu. L’organisme financier rachète une partie ou tous les prêts en cours (crédit à la consommation, travaux, auto, immobilier, prêt revolving, découverts bancaires etc .) Il les réunit en un seul crédit avec une mensualité adaptée à la capacité de remboursement du propriétaire. Le prélèvement ne se fait aussi qu’une seule fois pendant le mois avec une durée de remboursement allongée.
    Dans le cadre de cette opération, le propriétaire peut rembourser le crédit dans une durée de 12 ans à 35 ans. Il peut bénéficier d’une durée de remboursement plus long et d’un taux d’intérêt plus avantageux s’il présente une garantie hypothécaire.


Ces crédits permettent d’en finir avec le cumul de remboursement de prêt et les problèmes de paiement d’échéances. Qu’il s’agit d’un rachat de crédit locataire ou propriétaire, le contractant bénéficie toujours de cet assainissement de son budget. Cela est possible car le montant de mensualité qu’il aurait à honorer est amené à son niveau de possibilité de remboursement. Ce qui lui permet de dégager plus d’économies en fin de mois. En effet, il est possible de réduire jusqu’à 50 % voire 60 % la mensualité à payer. En même temps, le souscripteur à cette formule peut éviter une situation de surendettement car il a un meilleur pouvoir d’achat et une meilleure capacité d’épargne. En revanche, cette diminution de montant de charges mensuelles impacte logiquement sur le coût global du crédit. Plus la durée du remboursement s’étale, plus l’emprunteur aurait à payer plus d’intérêts en sus du capital. Dans ces deux opérations, les organismes de rachat acceptent aussi l’octroi d’une enveloppe supplémentaire pour les profils qui en sont exigibles. L’enveloppe supplétive peut être affectée à une dépense précise ou non. Pour ce, les établissements financiers étudient les critères comme la stabilité de revenus du demandeur, son historique bancaire, son reste à vivre, son taux d’endettement etc. Pour diminuer ce taux d’endettement lors de la simulation, le candidat au rachat peut réduire par exemple les prêts à regrouper ou chercher un revenu supplémentaire. A noter que la banque impose tacitement un plafond de taux d’endettement de 33 % pour le rachat locataire ou propriétaire. Cependant, il existe des moyens de contourner cette règle si on est propriétaire.


  • D’abord, le premier montage n’inclue pas en général le prêt immobilier sauf dans le cas de financement d’une résidence secondaire ou lors d’un investissement locatif. Le candidat à cette solution financière n’est pas aussi obligé de changer de banque. Il lui est même possible d’avoir deux rachats de crédits consécutifs sous réserve que le premier se passe sans incident.


    En revanche, il ne faut pas cacher qu’il est assez difficile de trouver un organisme de rachat qui accepte cette opération. Les causes en sont nombreuses. Il y a d’abord le taux d’endettement de 33 %. De plus, les banques étudient le comportement bancaire de l’emprunteur locataire. Si l’historique de ce dernier affiche des excès de l’autorisation de découvert, de rejet dû à des chèques sans provision ou des retards de paiement des crédits, elles se montrent réticentes à accorder le crédit. Elles étudient également le reste à vivre. En outre, les locataires en situation de fichage FICP ne peuvent pas bénéficier de cette opération sauf s’ils peuvent présenter une garantie. A titre d’exemple, ils peuvent hypothéquer la maison de leurs parents afin d’obtenir ce refinancement.
    C’est pourquoi, il est conseillé à un emprunteur locataire de faire appel à un courtier spécialisé en regroupement de dettes qui saura l’orienter vers l’organisme de crédit qui peut accepter sa demande.
  • en ce qui concerne le rachat de crédit propriétaire, les dettes à regrouper sont plus vastes. Le souscripteur à cette formule peut regrouper en effet le prêt immobilier, les autres prêts à la consommation, les dettes fiscales et sociales etc. Et si le contractant intègre l’hypothèque de son bien immobilier dans cette opération, il lui est possible d’obtenir une trésorerie plus importante. A la différence du rachat de crédit locataire, le propriétaire fiché au FICP peut aussi accéder à cette opération s’il présente une garantie. Ce bien immobilier servira donc de gage de la solvabilité du propriétaire et de l’éligibilité du montage.

  • Le rachat de crédit a pour objectif de diminuer le taux d’endettement d’un emprunteur. Mais si ce dernier n’arrive pas à trouver un contrat qui lui propose un taux avantageux et un coût global du crédit inférieur à ses crédits initiaux, il pourrait encore avoir du mal à retrouver un avenir serein. Voilà pourquoi, il est conseillé de recourir à un intermédiaire spécialisé en ce refinancement pour bénéficier des conditions avantageuses. Sinon, l’emprunteur aurait à utiliser les outils de simulation et les comparateurs de rachat en ligne pour dénicher les conditions les plus intéressantes.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *