Refus pour balance négative consommation excessive en général


Oui c’est un motif qui se calcule par la balance qui détermine si l’emprunteur ne dépense pas plus que ses possibilités financières.
L’augmentation des dépenses dans un ménage peut correspondre à une augmentation de ses revenus, mais si ne n’est pas le cas cette consommation, qui a un impact négatif sur la balance financière du ménage, peut être considérée comme excessive. Et quand la balance est négative, ce n’est pas bon pour l’étude d’une demande de rachat de crédits par une banque.
Un ménage peut mettre en balance les effets positifs d’un ou plusieurs crédits (investissement locatif) et les effets négatifs (consommation) de sa propension à débloquer des crédits.


Qu’est-ce que la balance bancaire ?

Le scoring de crédit ou la balance bancaire désigne l’étude des derniers relevés de comptes ou l’historique bancaire d’un emprunteur. Cette étude permet à l’établissement financier d’évaluer si le candidat à la recherche du refinancement est solvable ou non. Cette étape d’évaluation de comportement bancaire est obligatoire avant l’octroi d’une demande de crédit ou de rachat de crédit.
Pour ce faire, les établissements financiers utilisent deux méthodes, le scoring basé sur les antécédents bancaires du souscripteur et la balance bancaire utilisant ses derniers relevés de compte. La balance bancaire est la méthode la plus courante pour déterminer la capacité de remboursement d’un emprunteur. Ce montant est obtenu par l’ajout de solde début du mois, les revenus réguliers, les revenus exceptionnels, les dépenses au quotidien, les dépenses inattendues. La totalité de ce montant est à soustraire du solde de fins de mois. Le résultat permet à la banque de déterminer si le candidat au rachat est en mesure d’honorer son futur engagement ou non et si la balance entre ses dépenses et charges est équilibrée.
Ce qu’il faut souligner c’est que la balance négative n’est pas forcément un motif de refus pour certaines banques. En effet, les banques peuvent accepter une demande de regroupement de dettes à la consommation ou dettes immobilières si l’emprunteur affiche un compte débiteur pourvu qu’il puisse apporter une garantie ou une caution hypothécaire. Les arguments apportés par un courtier peuvent aussi influencer la décision des banques. Voilà pourquoi, il est conseillé de recourir à un professionnel en courtage si son dossier est compliqué (c’est-à-dire un dossier affichant un taux d’endettement élevé ou le dossier d’un candidat au rachat fiché FICP, FCC, ou avec des incidents bancaires). Un bon courtier est en mesure de décrocher pour lui une solution de restructuration de prêt pas chère adaptée à sa situation financière. Sinon, si l’on ne dispose pas d’une garantie à mettre en avant alors que son dossier est entaché de découverts bancaires ou de rejets de prélèvements, il est préférable de reporter son projet de rachat de quelques mois afin d’améliorer la gestion de son compte. Si son compte est aussi entaché par une consommation excessive de cartes de magasin, il est judicieux aussi de ne plus recourir à ses cartes pendant un certain temps avant la demande de rachat (3 mois en avance). Il vaut mieux aussi chercher un moyen d’alimenter son compte épargne car les organismes emprunteurs considèrent cela comme un signe de capacité de remboursement de l’emprunteur.


Quels sont les documents à apporter lors d’une demande de rachat de crédit ?

Lors d’une opération de consolidation de dettes, les établissements financiers demandent de compléter sa demande avec un certain nombre des pièces justificatives. Celles-ci leur permettent de donner un avis favorable ou un avis négatif à la demande.
Voici la liste de ces documents à fournir :

  • la photocopie de la CIN ou de passeport en cours de validité
  • la photocopie du livret de famille pour les emprunteurs mariés, ou d’un contrat de mariage pour les contractants pacs, ou d’une grosse de divorce pour les divorcés
  • les 3 derniers bulletins de salaire ou des 3 dernières liasses fiscales pour les travailleurs indépendants
  • les 3 derniers relevés bancaires et des livrets d’épargne si cet apport permet de renforcer la demande
  • les 2 derniers avis d’imposition
  • la photocopie du contrat de travail
  • la photocopie des bilans des 3 dernières années d’exercice et des 3 derniers avis d’imposition
  • la pièce justificative de domicile (facture d’électricité ou autre)
  • la photocopie du titre de propriété pour les propriétaires
  • l’offre de prêt et le tableau d’amortissement du crédit


Pourquoi est-il recommandé de recourir à un simulateur de rachat lors du montage de cette opération ?

Le rachat de prêt est une opération complexe qui tient compte de nombreux paramètres comme les frais de dossier, les indemnités de remboursement anticipé, le taux d’intérêt, l’assurance-emprunteur, les honoraires du notaire etc. Il faut aussi bien calculer le juste équilibre entre la mensualité réduite et la durée du remboursement de la dette. En effet, un étalement du rachat de crédit sur plusieurs années implique un coût élevé des intérêts. Or, si la mensualité est trop élevée, l’emprunteur pourrait encore se trouver dans une situation financière compliquée.
Afin d’avoir une meilleure idée de cette restructuration de prêt, il convient alors de réaliser une simulation de rachat. Cette démarche est utile d’autant plus qu’elle évite les déplacements en agence et les appels téléphoniques pour la demande de renseignements. Elle permet aussi de trouver l’offre de rachat moins cher en fonction de l’étendue du réseau de partenaires bancaires du courtier et de la capacité de ce dernier dans la négociation.
Par ailleurs, la simulation de rachat est également une démarche gratuite, sans pression commerciale et elle se fait en quelques minutes. Les souscripteurs à cette opération peuvent ainsi recourir au simulateur en haut de ce site pour simuler gratuitement leur projet de restructuration de prêt. Après cette étape, si leur projet peut être réalisé, ils pourraient obtenir une proposition de rachat dont la validité ne dépasse pas 2 mois. S’ils considèrent les modalités de cette offre de rachat de prêt adaptées à leur situation financière, ils peuvent la renvoyer à la banque qui l’a émise en la signant. Après cette signature, ils disposent encore d’un délai de renonciation de 10 jours ou de 14 jours avant d’accéder à cette sortie d’endettement. En bref, la simulation de rachat permet ainsi d’atteindre rapidement son objectif de mensualités adoucies.