Comment calculer le scoring bancaire dans un rachat de crédit gros endettement ?

décembre 9, 2018 9:48 Publié par Laissez vos commentaires




Pour évaluer les risques clients avant d’accorder une demande de prêt, les banques se servent d’une méthode de notation de l’emprunteur connu sous l’appellation de scoring bancaire. Avant d’octroyer un prêt à la consommation, crédit immobilier, rachat de crédit, prêt perso etc. elles calculent ce score afin de s’assurer de la solvabilité du demandeur de financement. Plusieurs éléments entrent dans l’élaboration de cette formule. Ces paramètres conduiront à l’octroi ou au refus du crédit. Dans cet article, nous allons voir ces informations qui vont impacter sur les conditions de refinancement d’un rachat de crédit gros endettement.

Pour un projet immobilier ou tout autre prêt bancaire, les banques disposent des critères permettant de qualifier le dossier du demandeur de financement. Ces éléments leur permettent d’attribuer une notation sur le potentiel emprunteur et ses risques de défaut de paiement. Les trois derniers relevés de compte, le taux d’endettement, le comportement financier, les garanties, l’apport personnel, la pérennité de la situation professionnelle sont parmi les données prises en compte dans ce calcul dans le cas d’un particulier qui souscrit à un crédit. Dans le cas d’une entreprise, les prêteurs effectuent l’analyse de bilan comptable, compte bancaire, l’étude de la concurrence et du marché, le profil des dirigeants etc. pour mesurer sa solvabilité. Chaque banque élabore son propre scoring, mais si l’élaboration globale du profil emprunteur est très faible, elle pourrait rejeter la demande ou exigera une garantie ou une caution mutuelle. Inversement, si le score est élevé, le candidat à l’emprunt peut bénéficier des conditions de prêt ou de rachat plus attractives.

D’abord, pour les emprunteurs qui ont accumulé plusieurs prêts et qui entrent dans une situation d’endettement excessif suite à des imprévus de la vie comme le licenciement, la maladie etc, ils peuvent solliciter le rachat de crédit. En guise de rappel, cette solution leur permet de réduire le montant des mensualités qu’ils doivent encore rembourser dans leurs dettes. Pour alléger le montant de leur prélèvement mensuel, l’établissement de rachat regroupe tous ou une partie de leurs crédits en cours en un seul et unique prêt tout en augmentant la durée d’amortissement. Ce montage financier leur permet aussi de dégager un financement supplémentaire appelé « trésorerie » pour financer un achat, des travaux etc. Afin de trouver les conditions avantageuses à son opération de rachat de crédit, il est recommandé de recourir à l’outil de simulation sur notre plateforme. L’utilisation gratuite de cet outil aide à obtenir un aperçu rapide de sa situation d’endettement et de la faisabilité de son projet.
Mais pour en revenir au calcul du scoring bancaire dans le cas d’un surendettement, les banques se servent des données suivantes en vue d’établir une approche de la recevabilité de demande de rachat :

  • l’étude de la situation professionnelle et des revenus :
    Les établissements de refinancement privilégient les demandeurs de regroupement de dettes ayant un contrat à durée indéterminée avec une ancienneté dans leur fonction. Ils peuvent être des salariés ou des cadres dans les entreprises ou des fonctionnaires. Les éléments comme les fiches de paie, les pensions alimentaires, les impôts… ou les 3 bilans d’exercice pour les professions libérales permettent aux banques d’analyser le comportement financier de l’emprunteur. Cela leur permet d’anticiper la situation financière du souscripteur au rachat au cas où ils octroient le refinancement. Certains organismes financiers étudient également la stabilité de la situation familiale avec une préférence pour le couple marié ou pacsés.
  • le taux d’endettement :
    L’autre élément pivot pris en compte par les banques dans la demande de regroupement de dettes est le taux d’endettement. Pour ce, elles se servent du seuil d’endettement avant la mise en place de l’opération pour fixer les conditions d’octroi ou de rejet de la demande du prospect. Le plafond d’endettement préconisé par les prêteurs est 33 %, voire 30 % pour les ménages à budget modeste, mais ils peuvent faire preuve de plus de souplesse si le client a des revenus confortables. Les rentrées d’argent mensuelles fixes d’un emprunteur sont ainsi déterminantes dans l’étude de son projet. Si son endettement dépasse le seuil fixé, alors que ses ressources d’argent mensuelles ne lui permettent pas de disposer d’un reste à vivre suffisant, l’établissement prêteur abandonne l’étude de son dossier ou propose une autre alternative comme le rachat de crédit hypothécaire. La mise en place de cette dernière solution est assez compliquée. En effet, les banques vont faire l’estimation du bien à hypothéquer puis elles vont demander un acte notarié pour lier le rachat au bien immobilier. Il est recommandé de recourir à un courtier spécialisé pour obtenir des conditions de rachat intéressantes (taux, durée de prêt, assurance-emprunteur, frais notariés les moins chers….). En tant que courtier disposant d’une trentaine d’années d’expérience dans ce secteur, nous essayerons de trouver la meilleure solution de refinancement pour votre surendettement.
  • le comportement bancaire et la capacité d’épargne :
    Les prêteurs vont tenir compte des éventuels incidents de paiement comme les découverts bancaires, les retards de paiement sur échéance du prêt, le rejet de prélèvement etc. Il importe ainsi d’assainir son compte de tout incident dans les 6 derniers mois avant la demande de refinancement. L’étude des relevés bancaires permet également aux établissements financiers de voir les habitudes de consommation, le train de vie qu’ils mènent tout au long du remboursement deses dettes encours. Si les candidats à l’emprunt sont des locataires, ils peuvent également utiliser ce critère pour évaluer leur maturité s’ils sont capables de faire face à cet engagement sans incident. A noter que le fait de voir apparaître par exemple, un découvert bancaire dans son compte enlève la crédibilité du futur emprunteur. Par ailleurs, les prêteurs vont aussi prêter attention à l’apport personnel du demandeur de rachat même si un débiteur surendetté peut rarement se constituer une épargne. Un apport personnel de 10 à 20 % constitue un point positif dans le scoring de l’emprunteur.
  • le reste à vivre et le quotient familial :
    Ce montant correspond à la part de revenus à la disposition du ménage après l’acquittement de l’ensemble de ses charges. Si celui-ci est trop réduit pour permettre au candidat à l’emprunt de mener un train de vie normal et d’assurer ses dépenses irréductibles, la demande de rachat a peu de chances d’être acceptée. Cet élément a ainsi un poids important dans le calcul du scoring bancaire. Le quotient familial peut être aussi utilisé dans cette notation d’évaluation du profil client. Il s’agit du rapport entre les revenus nets de charge et le nombre de personnes dans le ménage.
  • la localisation du bien :
    Dans le cas d’un rachat de crédit hypothécaire, qui est souvent proposé lors d’un gros endettement, les prêteurs peuvent tenir compte aussi de l’emplacement géographique du bien immobilier à hypothéquer et de son état. Ce point peut être important pour ces derniers dans le cas d’une éventuelle revente du bien en cas de non-paiement.


Cette liste est non exhaustive. De nombreux paramètres entrent dans le calcul de scoring bancaire d’un rachat de crédit d’une personne surendetté. Pour vous aider à trouver la banque qui pourrait accepter de regrouper vos crédits, n’hésitez pas à nous soumettre votre projet afin d’évaluer sa faisabilité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *