La trésorerie complémentaire, qu’est-ce que c’est ?

mars 15, 2019 9:21 Publié par Laissez vos commentaires




Dans le cadre d’une demande de rachat de crédit ou regroupement de dettes, les banques ou les outils de simulation d’un courtier proposent à l’emprunteur la possibilité de bénéficier d’une somme d’argent appelée « trésorerie complémentaire » ou trésorerie tout court. Il s’agit des liquidités disponibles en caisse lors du déblocage du fonds de rachat. Elle sera intégrée dans le montant de l’opération. Quelles sont les conditions d’obtention de cette enveloppe supplémentaire ? quel est le montant maximum qu’on peut demander ? On vous informe.

Le rachat de crédit est une solution financière proposée par les banques à l’intention des emprunteurs ayant des difficultés durables de remboursement de crédits. Ce dispositif de refinancement aide à redresser le budget de l’emprunteur en fusionnant en un seul contrat les différents crédits bancaires qu’il a souscrit. La banque qui effectue ce rachat rassemble ces emprunts en un seul dossier avec un seul taux et une unique mensualité. Celle-ci est revue à la baisse pour convenir aux possibilités de remboursement de l’emprunteur. Cette réduction de mensualité pourrait aller jusqu’à 60 % en fonction du profil du souscripteur au rachat.
En contrepartie de cet allègement de mensualité et simplification de la gestion de son contrat et de son budget, la durée du remboursement du nouveau prêt regroupé sera plus longue, 15 ans pour le rachat de créance immobilière contre 12 ans pour le rachat de prêt à la consommation.
Dans le cadre de cette opération, la banque peut faire bénéficier aussi d’une somme d’argent supplémentaire baptisée « trésorerie » en fonction de la situation du candidat à l’emprunt. L’inclusion de ce prêt est optionnelle. Mais elle est une solution pertinente de financement par rapport à un autre prêt bancaire car elle a le même taux renégocié du crédit. De plus, l’emprunteur n’aurait pas à payer de frais de dossier ou d’assurance-emprunteur pour cette enveloppe supplétive.
Lors d’une demande de rachat de crédit intégrant ce financement complémentaire, l’établissement bancaire qui effectue l’étude du dossier analyse le montant total des sommes à reprendre, le taux d’endettement de l’emprunteur et son reste à vivre avant d’octroyer cette demande. En général, le montant de cette somme ne dépasse pas 15 % ou 20 % selon la banque du montant du regroupement. Toutefois, il est possible d’obtenir une somme plus conséquente si le demandeur de rachat dispose d’une garantie à mettre en avant comme un bien immobilier par exemple.

Cette apport optionnel s’adresse à tous les demandeurs de rachat qu’il soit salarié, travailleur non salarié, commerçant, retraité, fonctionnaire etc. Elle est également accessible sans distinction aux emprunteurs souhaitant regrouper leurs dettes à la consommation ou leurs dettes immobilières. Néanmoins, les critères d’octroi de ce fonds pour les professions libérales et TNS sont plus serrés que ceux des salariés ayant une situation professionnelle stable.
En fait, le montant que la banque peut octroyer dépend du profil emprunteur, salarié ayant des revenus stables ou professions libérales ayant des revenus plus ou moins irréguliers, propriétaire ou locataire. Le montant octroyé lors d’un regroupement de dettes à la consommation n’est pas aussi le même que celui d’un regroupement de dettes immobilières. C’est parce que le montant maximum empruntable lors d’un rachat de prêt à la consommation est 100 000 euros contre 200 000 euros pour le rachat de crédit immobilier.
Par ailleurs, les banques sont aussi plus enclines à accorder la demande dans le cas d’une trésorerie affectée à un projet que celle d’une trésorerie libre. A titre d’exemple, l’emprunteur sollicite cette enveloppe pour rénover sa maison, construire un garage, acheter une nouvelle voiture ou participer à l’étude de ses enfants. Dans ce cas, le candidat au rachat aurait à fournir une preuve comme une facture, un devis… Dans le cas d’une trésorerie libre d’utilisation, le demandeur du refinancement peut l’utiliser pour se faire plaisir avec un voyage, une chirurgie esthétique, ou pour faire face à ses échéances de crédit.
Cette formule permet aussi de se prémunir contre les aléas de la vie qui impacte le remboursement comme une maladie soudaine, un séjour hospitalier etc.

Comme dans tout type de financement, il faut commencer par le remplissage de formulaire de simulation. Cet outil présent en haut de ce site aide à avoir un aperçu du coût du rachat (taux d’intérêt, montant de la mensualité diminuée, montant totale du regroupement de dettes….). Il permet aussi de savoir si l’opération est faisable ou non.
En effet, comme on l’a déjà dit plus haut, tous les dossiers de rachat ne sont pas recevables. A titre d’exemple, certaines banques refusent le dossier gros endettement et fiché bancaire. En revanche, si un souscripteur à cette opération bancaire fait appel à un courtier spécialisé de rachat, il nous est possible de trouver une banque qui rachète ses dettes s’il est propriétaire fiché ficp. De même s’il a un historique de découverts bancaires, rejets de prélèvements à la suite d’un aléa de la vie, cette solution lui est également accessible sous réserve de répondre à certains critères.
Rappelons qu’en tant que courtier IOBSP, et mandataire non exclusif des banques, nous sommes actifs dans ce métier depuis 1981. C’est grâce à la relation avec nos partenaires bancaires que nous pouvons dénicher une banque qui restructure les crédits d’un candidat en situation financière difficile et ce avec des conditions de refinancement abordables.
Pour bénéficier ainsi de cette trésorerie, il faut indiquer lors de la simulation le montant que l’emprunteur souhaite avoir. Une estimation plus proche de ses besoins est à conseiller car sinon le candidat à l’emprunt pourrait de nouveau avoir besoin d’un financement supplémentaire. Toutefois, il faut tenir compte que si le montant est trop élevé, la banque est en mesure de demander un rachat de crédit hypothécaire. De plus, une trésorerie conséquente se répercute sur la mensualité et la durée du crédit.
Après avoir complété dûment le formulaire de la simulation, notre analyste étudiera les données et analysera la faisabilité de la demande. Si le profil du souscripteur est éligible au rachat, nous lui enverrons une offre de regroupement de dettes adaptée à sa capacité de remboursement et à ses contraintes financières. Cette offre est obtenue après la mise en concurrence des diverses propositions de rachat de nos partenaires bancaires.
L’offre inclut la trésorerie et tous les frais liés au rachat. Les frais du courtage sont clairement indiqués dans cette proposition. Une fois cette proposition en main, il reste à l’emprunteur de nous envoyer ses dossiers scannés. Puis la banque lui renverra une offre définitive qu’il aura à signer et à retourner à l’établissement bancaire s’il la trouve satisfaisante. Après ces étapes, un délai de rétractation de 14 jours est indiqué par la loi pour permettre à l’emprunteur de renoncer au crédit. Passé ce délai, la banque effectue le rachat des crédits du souscripteur à l’opération. En même temps, la trésorerie demandée dans le cadre de cette opération sera débloquée.
Bref, le montage d’un rachat de crédit est une opération simple, rapide et avantageuse avec un courtier spécialisé en rachat. N’hésitez pas à passer par notre outil de simulation gratuite pour voir le coût de ce montage et obtenir une proposition de regroupement de dettes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *