Comment réduire son taux d’endettement avec le rachat de crédit ?

novembre 21, 2018 2:29 Publié par Laissez vos commentaires




La majorité des foyers français qui disposent d’un bien immobilier passent par le crédit bancaire pour acquérir leur résidence principale ou secondaire. Ce qui leur permet d’avoir un logement qu’ils peuvent occuper sans devoir payer de loyer. Les locataires souscrivent aussi à des prêts bancaires pour acheter une voiture, des équipements électroménagers ou informatiques ou pour réaliser le voyage de leurs rêves etc. C’est une solution pratique si le souscripteur au crédit ne peut pas se constituer une épargne. Or, des difficultés de paiement de mensualités pourraient survenir pendant la durée de vie des prêts si l’emprunteur a accumulé trop de financement ou s’il a subi un aléa de vie comme le licenciement, la maladie etc. La question qui se pose : comment baisser un taux d’endettement important avec le rachat de crédit ? Existe-t-il d’autres solutions pour réduire ce taux ? Réponses de Crédimedia.

Le taux d’endettement figure parmi les paramètres utilisés par les banques pour octroyer le crédit. Les autorités se servent d’une limite de 33 % à ne pas dépasser pour pouvoir bénéficier d’un financement ou d’un refinancement. Au-delà de ce seuil, les établissements bancaires peuvent refuser la demande de prêt car ils trouvent que la situation budgétaire de l’emprunteur pourrait être comprise avec un ratio d’endettement plus élevé. Cependant, si le candidat à l’emprunt dispose de revenus confortables avec un reste à vivre assez conséquent, ils peuvent tout de même accorder l’emprunt.
Le calcul de cet indicateur sur la capacité de l’emprunt d’un souscripteur à un crédit est simple. Pour un crédit immobilier d’un montant de 180 000 euros avec une mensualité de 900 euros par mois et des revenus fixes du foyer de 3000 euros par mois par exemple, il faut diviser la charge mensuelle de l’emprunt avec les revenus mensuels et multiplier ensuite le résultat par 100.
Soit (900 €/3000 €)X100 = 30 %
Les revenus fixes incluent le salaire net, la prime contractuelle ou 13ème mois, les pensions alimentaires ou pensions de retraite ou d’invalidité. Si l’emprunteur est commerçant ou profession libérale, les banques calculent ses revenus professionnels non-salariés.
Si le ratio d’endettement approche ou dépasse 33 %, il est recommandé de recourir à une opération de rachat de crédit pour réadapter le montant de prélèvement mensuel en fonction de sa capacité du remboursement. Dans l’idéal, pour une personne ayant des revenus modestes, un taux d’endettement avoisinant 25 % est à préconiser. Cela permet d’éviter le risque d’insolvabilité.
Bon à savoir : les règles de l’octroi d’un regroupement de dettes pourraient différer d’une banque à une autre. L’appel à un courtier en rachat de crédit permet de trouver la banque qui pourrait accepter un dossier complexe en cas de gros endettement allant jusqu’à 40 % ou plus. Pour ce, il suffit de recourir à l’outil de simulation présent sur notre plate-forme. En remplissant quelques données, l’utilisateur peut avoir une idée sur la possibilité du refinancement. Après l’analyse de son dossier, il obtient une proposition adaptée à son budget et à sa situation. Il est libre d’accepter ou non cette offre. Si la démarche n’aboutit pas, il n’aura pas à payer de rémunération ni de frais de courtage.

Ce n’est pas facile d’avoir une balance budgétaire équilibrée à la suite des événements imprévus de la vie comme le divorce, le partage de biens, l’accident invalidant etc. L’emprunteur risque un fort taux d’endettement entraînant les découverts bancaires, les rejets de prélèvement, voire le fichage bancaire dû à la baisse de son pouvoir d’achat. Avant d’arriver à cette situation financière difficile, il est recommandé de se tourner vers la solution de rachat de crédit. Ce montage financier qu’on baptise également par regroupement de dettes ou restructuration de prêts permet de baisser son taux d’endettement. Il consiste à regrouper les divers crédits que la personne a accumulé en un seul (prêt à la conso, crédit voiture, travaux, études, prêt immobilier, dettes sociales, dettes fiscales…). Cet unique prêt aura un taux fixe et une mensualité réajustée à la possibilité du remboursement de l’emprunteur. La baisse du montant de prélèvement mensuel pourrait atteindre 50 % voire plus chez certains établissements bancaires. Cette facilité de paiement a pour effet de stabiliser l’équilibre financier du souscripteur au rachat tout en réduisant son ratio d’endettement. En effet, s’il devrait payer auparavant un total de mensualités de 1200 euros par mois, avec la baisse de mensualité, il n’aura à honorer qu’une mensualité de 600 euros voire moins. La restructuration de prêt permet ainsi d’avoir une meilleure gestion au quotidien car l’emprunteur a un reste à vivre plus important, un seul crédit à gérer avec un taux d’intérêt fixe. L’avantage de cette solution, c’est qu’il dispose aussi d’une durée de remboursement de crédit plus longue. De plus, dans le cadre de cette opération, il lui est possible de solliciter un financement supplémentaire qu’il peut rajouter à son dossier. Cette trésorerie lui permet par exemple de financer d’autres projets ou de renflouer son compte bancaire.
A noter que le regroupement de dettes est accessible à tous profils, locataire, propriétaire, étudiant, retraité, fonctionnaire, salarié, travailleur indépendant etc. Dans le cas d’un propriétaire affichant un taux d’endettement élevé, il peut proposer son bien immobilier en garantie pour bénéficier d’un rachat de crédit à un taux compétitif. Il peut nous consulter à ce sujet. Mais s’il s’agit d’un emprunteur locataire fortement endetté, il aurait à trouver une caution ou une personne qui accepte d’hypothéquer son logement pour lui en raison du risque de son dossier.

Avant de monter son dossier de rachat, l’emprunteur pourrait d’abord tenter la négociation de son taux d’intérêt auprès de ses créanciers. Les chances d’obtenir une réponse positive sont minces mais rien ne coûte d’essayer. Il peut par exemple avancer des arguments tels que son âge, son état de santé, ses revenus professionnels (cadre), la baisse actuelle du taux immobilier…
L’ajout des prêts supplémentaires comme le PEL, le prêt à taux zéro aident aussi à alléger le taux d’endettement. A noter cependant que le souscripteur au rachat peut perdre les avantages du PTZ s’il l’intègre avec le rachat. Par ailleurs, le plan de financement comme le PEL et le prêt à taux zéro permettent aussi le lissage de crédits. Ce qui aide à réduire le ratio d’endettement.
Dans tous les cas, le candidat à ce refinancement peut mettre de côté certains crédits par exemple son prêt voiture. Cela permet de diminuer le montant de crédits à regrouper. En contrepartie, il aurait à réduire ses dépenses quotidiennes pour pouvoir garder un reste à vivre suffisant. En cas de rejet de sa demande de rachat de crédit par plusieurs banques, des solutions comme la vente à réméré avec option d’achat de son patrimoine immobilier, le crédit lombard s’offrent aussi à lui. Pour le demandeur de rachat de crédit à la consommation, il peut se tourner vers l’option du prêt à gage ou il peut vendre sa voiture ou d’autres biens.
Remarque : dès que sa situation financière commence à se dégrader, il est recommandé de contacter rapidement un courtier qui pourrait défendre son dossier auprès des banques. Le refinancement d’un endettement trop élevé ou de fichage bancaire sans possibilités d’apport de garantie est assez difficile à trouver.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *